☰ Menu eFinancialCareers

Un stagiaire à l’assaut de la finance casablancaise (épisode 1)

Oui, oui, Casablanca, vous avez bien lu. Certes ce n’est pas Londres, mais c’est une place en plein développement qui offre des opportunités très intéressantes pour… Bon OK, j’arrête de suite d’essayer de vous convaincre, ce serait trop long et ce n’est pas l’objet. Sans compter que vous aurez tôt fait de me reprocher un certain manque d’objectivité, Casablanca (Casa, pour les intimes) étant ma ville natale.

Contentons-nous donc de dire que mon stage au sein d’une grande banque française a l’originalité / l’avantage (c’est selon) d’avoir un principe simple : six semaines, six services. Jusqu’ici tout va bien.

Là où ça se gâte, c’est quand, le premier jour, une fois expédiée la paperasserie d’usage, je me retrouve à devoir comptabiliser des chèques et des escomptes au fin fond d’une agence de détail. Moi qui me voyais déjà en petit crack de la finance casablancaise, on en est loin…

J’encaisse en silence, termine ma journée et décide avec tact et diplomatie de solliciter un rendez-vous directement avec le DRH de la banque (tant qu’à faire) pour lui exposer mes attentes. Après dix minutes de blabla – je viens d’une parisienne, fait telles formations, maîtrise tel et tel logiciel de Bourse, ai lu ceci, cela… -, il m’arrête, me dit qu’il m’apprécie et m’envoie direct en front-office !

Je dois me confesser : je suis un vrai passionné de Bourse depuis l’âge de 16 ans, donc autant dire que la salle des marchés, c’est un peu mon Graal à moi. Être bombardé au front pour apprendre le métier de trader sales sur actions dès mon deuxième jour c’est, comment dire… le pied !

Mais, attention. Pas d’excès d’euphorie. Si on me donne ma chance, reste encore à la saisir.

On m’a dit que dans ce genre de stage, le premier contact avec le staff compte énormément. Dix jours d’expérience me suffisent pour dire que c’est un euphémisme.

Six nouveaux stagiaires dans le service et deux options de comportement vis-à-vis des employés : 1) vous la jouez discrète et, de peur de déranger, vous attendez qu’on vous confie des tâches ; 2) vous abattez la carte séduction : sourire Colgate, et petite blague à l’occasion.

Résultat des courses : en raison de leur attentisme, et malgré leur zèle, mes cinq alter ego se sont retrouvés isolés dans une salle annexe à faire des recherches sur Internet. Quant à moi, en montrant d’entrée à mes collègues ma motivation pour travailler et apprendre à leurs côtés, je me vois confier pas mal de responsabilités, comme conseiller de gros clients, passer des ordres d’achats et de ventes, etc. J’ai même pu assister à une réunion secrète avec le dirigeant d’une société qui venait d’être introduite en Bourse… En un mot, le bonheur.

Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin, et après dix jours chargés mais passionnants, je quitte donc ce service que je regrette déjà.

À l’heure du premier bilan, je peux dire que ce fut particulièrement enrichissant. J’aurai énormément appris. Que ce soit en ce qui concerne la gestion du stress durant la préouverture et la préclôture du marché, ou bien la patience et la disponibilité face à des clients toujours plus exigeants – ce qui est compréhensible étant donné les sommes en jeu.

La semaine prochaine, je serai au contact des gestionnaires de SICAV. Je ne sais pas encore l’accueil et le travail qu’ils ont prévu de me donner, mais j’ai ma petite idée sur comment en tirer le meilleur parti…

commentaires (6)

Comments
  1. Conseiller de gros clients? En tant que stagiaire de deuxième semaine?? Ah ah elle est bien bonne

  2. il faut dire que la bourse de Casablanca est parmi les rares places où le trader parle directement à des dirigeants de boîtes (fussent-elles récemment côtées). Une dernière question: vos collèges Corporate Finance étaient-ils également conviés? Et vous passait-ils des ordres personnels sur la boîte qu’ils venaient d’introduire?

  3. je suis curieux de savoir comment ça se fait qu’UN STAGIAIRE puisse saisir des ordres en bourse alors que même le personnel de la société de bourse doit passer un examen pour avoir l’habilitation de le faire. c’était pas un rêve par hasard!!!

  4. t’a passé un stage d’information générale en entreprise. je peu admettre le fait ke tu t’é assis a coté d’un trader mais passer des ordres de bourses c’est pas donné a tous le monde. la bourse de casablanca c’est pas le souk a l’algérienne.

  5. Meme si c’est a Casablanca, jamais un stagiaire passerait des ordres et conseillerait des clients.

  6. – Conseiller les gros clients avec meme pas 10 jours d experience: Tout simplement Bravo!
    – Six services en six semaine, rendez-vous avec le DRH qui au bout de 5 minutes t’envoie en Front: Je suis fou de jalousie… Bravo !!!! ou alors merci le piston qui t’a permis d’arriver ici…..

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici