☰ Menu eFinancialCareers

Des parcours croisés pour des jeunes diplômés indécis sur leur futur métier

Le choix d’un métier ne devrait pas être fixé avant bac+3 , déclarait récemment Jean-Charles Pomerol, président de l’UPMC-Université Pierre et Marie Curie (Le Monde.fr). Et bien dans le secteur financier, il se pourrait que certains aient le choix de reculer le choix d’un métier… bien après leur embauche !

C’est notamment le cas chez PricewaterhouseCoopers qui, à travers l’opération Parcours croisé lancée en 2009, offre chaque année à une quinzaine de nouveaux recrutés la possibilité de changer de métier tous les six mois pendant deux ans, passant ainsi de l’audit au consulting puis de l’audit aux transactions. Découvrir avant de se spécialiser est une attente forte des étudiants à laquelle nous avons choisi de répondre. Nous présentons ainsi nos expertises aux étudiants tout en étant très exigeants envers eux lors du recrutement. Nous leur demandons un excellent niveau d’anglais, beaucoup d’adaptabilité et d’engagement puisqu’ils exerceront trois métiers en seulement deux ans ! , explique t-on chez PwC.

À l’heure où l’intérêt des missions arrive en tête des critères de sélection des candidats, la démarche fait sens. En plus de la diversité des missions chez le client, elle permet d’attirer les meilleurs éléments en s’engageant sur la mobilité interne, la formation, l’employabilité. Que cette formule ait vu le jour dans un grand cabinet d’audit et de conseil n’est guère étonnant. Après tout, le turnover fait partie de notre business model , explique Isabelle Grevez, directrice du recrutement chez PricewaterhouseCoopers (Challenges).

Un plus sur le CV

Sachant qu’un nombre croissant de grandes écoles et d’universités proposent aujourd’hui des doubles cursus et des double diplômes à leurs étudiants, ceux-ci ont toutes les chances de se monter enthousiastes à l’idée de tester plusieurs métiers. Je considère le parcours croisé comme un plus durant de mon parcours chez PwC : sur une période totale de 2 ans, j’alternerai 4 périodes de 6 mois, dont 2 périodes à l’audit, et 2 périodes au sein d’autres services de PwC : Transactions, Consulting, …. , explique Laure, qui a postulé en audit une fois son diplôme de l’ESSEC en poche.

Même son de cloche chez Jean-Baptiste Taffin, 25 ans, diplômé des Mines de Paris, qui suit le parcours croisé depuis un an. J’ai la chance de rencontrer des clients dans des contextes différents, d’être confronté à plusieurs méthodes de travail et à une grande diversité de missions. Par ailleurs, au bout d’un an, je connais déjà beaucoup de gens dans l’entreprise, en audit et en conseil.

Certains n’hésitent d’ailleurs pas à faire figurer en bonne place sur leur CV cette expérience, allant jusqu’à parler de Graduate Programme Parcours Croisé . Et pour cause : le principe est sensiblement le même que celui des fameux Graduates Programmes d’origine anglo-saxonne et que l’on trouve dans certaines banques françaises comme BNP Paribas (Graduate Development Programme) et Société Générale (Graduate International Programme).

Le choix d’un métier s’impose

Fondés sur le principe de la rotation des postes et de la multiplication rapide des expériences, ces programmes permettent aux jeunes diplômés à haut potentiel de bénéficier d’un encadrement et d’un accompagnement spécifique, au sein de l’entreprise, rappelle Manuelle Malot, directeur Carrières et Prospective de l’EDHEC Business School. Même leur durée est identique, les programmes durant en moyenne de deux à trois ans, à l’exception de certains qui ne dépassent pas 8 mois.

Pas question cependant de rester dans l’expectative toute sa vie. Il faudra forcément que je choisisse à terme un des trois métiers abordés. Mais quelle que soit ma décision, j’aurai eu la possibilité de travailler sur des missions très différentes, ce qui devrait me procurer de larges opportunités , poursuit Jean-Baptiste Taffin.

Certains habitués à être encadrés n’en auront que plus de mal à prendre leur envol. C’est un bon tremplin de départ. Cependant, une fois le Graduate Scheme terminé, c’est à nous de nous débrouiller pour continuer à faire avancer notre carrière : il n’y a plus l’encadrement et support du programme , observe une participante au programme d’une banque. Le grand plongeon dans le bain professionnel, en quelque sorte…

commentaires (1)

Comments
  1. “indécis”
    “rester dans l’expectative toute sa vie.”
    “Certains habitués à être encadrés n’en auront que plus de mal à prendre leur envol.”
    “Le grand plongeon dans le bain professionnel, en quelque sorte…”

    Si vous aviez un minimum de connaissance des “graduate program” à la française ou européen (GE, Unibail, PwC, Orange,…) vous sauriez que les personnes qui font ce genre de parcours sont sans doute les plus entreprenantes et les moins assistées. C’est justement des personnes qui créent leur propres carrières au lieu de suivre les tracks imposés. Ne confondez pas la poudre aux yeux des RH avec la réalité sur le terrain.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici