☰ Menu eFinancialCareers

Le TOEFL, un plus sur votre CV pour travailler dans une banque étrangère ?

Le nombre d’étudiants français s’étant présentés en 2009 au fameux Test of English as a Foreign Language affiche une croissance de plus de 25% par rapport à 2008. En 2009, nous avons constaté une forte hausse du nombre d’étudiants français se présentant au test TOEFL, se félicite Alain Daumas, directeur de l’organisme de recherche ETS Global en France. L’anglais est la langue de communication privilégiée à l’international et sa maîtrise est un atout essentiel à la réussite professionnelle des étudiants français à l’étranger .

Preuve de la notoriété de ce test destiné à évaluer la maîtrise de la langue anglaise pour ceux dont ce n’est pas la langue maternelle, de nombreuses grandes écoles françaises conditionnent désormais la délivrance de leur diplôme à l’obtention d’une note correcte au TOEFL. Et pour ceux qui sont désireux de suivre un MBA à l’étranger, sachez que ce test fait notamment foi auprès des 100 premiers établissements recensés dans le rapport 2010 des meilleures universités américaines (America’s Best Colleges 2010) publié par le magazine U.S. News & World Report.

Un passeport pour un MBA…

Le TOEFL est composé de quatre sections : compréhension orale, structure et expression écrite, compréhension écrite et vocabulaire, et enfin rédaction. Mais comme beaucoup de tests standardisés, il n’est pas exempt de critiques, loin s’en faut. Outre le fait que c’est un test payant et relativement cher pour un étudiant (surtout s’il doit le repasser), il ne teste pas la pratique orale de l’anglais (hormis pour l’Internet Based Test), qui peut-être alors négligée par ceux qui passent le test et ne se concentrent que sur ce qui va être évalué.

Pourtant, dans le cadre d’une admission dans une université anglophone, la capacité de parler couramment est primordiale. C’est pourquoi un nombre croissant d’universités anglophones refusent dorénavant ce test au profit d’autres tests de langue (comme le GMAT ou Graduate Management Admissions Test) ou bien imposent leur propre évaluation d’un candidat. La communication compte bien plus que la simple compréhension à l’écrit qui est mesurée par le TOEFL. Je préfère retenir l’expérience d’un candidat dans une société internationale où l’anglais est la langue standard , explique Dean Van Zandt, doyen de l’école de droit de l’Université de droit de Northwestern (Financial Times).

… plus que pour une carrière en finance

Les tests tels que le TOEFL ou le TOEIC (Test Of English for International Communication), ne reflètent pas le niveau professionnel de l’anglais requis à certains postes. Ils garantissent en général aux candidats une note assez élevée, ce qui les conforte dans la diffusion de leur CV auprès des sociétés évoluant dans un contexte international, mais leur contenu généraliste atteste essentiellement de la maîtrise des bases de l’anglais (grammaire, vocabulaire, expressions, compréhension) et ne s’applique pas la pratique de la langue à l’oral.

Pour commencer, l’employeur va s’intéresser à la fluidité, l’accent et à l’aisance des candidats dans le cadre d’une conversation, préalable somme toute indispensable pour s’intégrer et échanger avec ses collègues de travail, ses collaborateurs ou (et) son supérieur hiérarchique, explique Didier Muller, chasseur de têtes chez Links Conseil. C’est la raison pour laquelle je préfère échanger en anglais avec les postulants au cours d’un entretien portant sur les caractéristiques techniques et “métier” de leur fonction sur une durée variable de 10 à 30 minutes afin d’évaluer l’adéquation de leur niveau par rapport à l’exigence du poste .

Faites preuve de modestie

Les recruteurs se montrent d’autant plus méfiants que le niveau de maîtrise de la langue de Shakespeare n’est pas très élevé en France. En 2009, selon les critères retenus par le TOEFL, la France se classe au 69e rang mondial, sur 109 pays, en connaissance de l’anglais, et au 25e dans la liste des 43 États européens. Les étudiants qui ont passé le test arrivent tout juste au niveau attendu en fin de lycée – soit en dessous des attentes académiques de l’université et bien en deçà d’un quelconque bilinguisme. Il n’est pas rare de constater, et ce n’est pas nouveau en France, que nombreux sont les candidats estimant leur anglais courant alors qu’il ne s’agit que de franglais usuel ! , poursuit Didier Muller.

C’est pourquoi si vous avez décroché un score médiocre, mieux vaut faire preuve d’humilité. Ainsi, un candidat qui avait posté son CV sur notre site en mentionnant qu’il était bilingue tout en affichant un modeste score de 240 / 300 au TOEFL a suscité de nombreuses réactions. Moi ce qui me choque c’est que tu te dis bilingue en anglais et que tu l’appuies avec un médiocre 240 / 300…? Soit tu es bilingue et tu enlèves ton score de TOEFL périmé, soit ton TOEFL reflète ton niveau et tu mets au mieux fluent , lui conseille un internaute. À bon entendeur…

commentaires (1)

Comments
  1. La remarque de Monsieur MULLER me semble pertinente, l’aisance et la fluidité linguistique sont des éléments nécessaires pour être immédiatement opérationnel, le bagage technique se développe au fur et à mesure des expériences.
    La maitrise de l’anglais est indispensable dans certains domaines, ce n’est plus une option.
    En 2010, il ne me semble pas aberrant de considérer la méconnaissance de l’anglais et de l’informatique comme une forme d’analphabétisme.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici