☰ Menu eFinancialCareers

Avez-vous pensé à travailler dans le conseil en gestion de patrimoine ?

Près de 85 % de nos recrutements concerneront des postes commerciaux , rappelle Dominique Languillat, directrice de l’emploi et du développement du groupe BPCE (20Minutes.fr), qui observe la même tendance chez ses concurrents, où les conseillers clientèle, chargés d’affaires entreprises et conseillers en patrimoine seront très demandés en 2010. À noter que ces derniers occupent généralement une meilleure place que les chargés de clientèle, les conseillers de clientèle, ou encore les conseillers financiers.

Le secteur de l’assurance lui aussi est à l’affût. Au-delà des métiers traditionnels d’un grand groupe d’assurance, Groupama est ainsi amené à recruter aujourd’hui des conseillers en gestion de patrimoine , explique Sylvie Toudic, responsable communication employeur chez Groupama.

Les recrutements se font aussi bien en externe qu’en interne. Pour les commerciaux, nos collaborateurs peuvent se spécialiser et devenir de plus en plus compétents notamment dans le domaine patrimonial et évoluer, par exemple, vers les métiers de conseiller en gestion de patrimoine, inspecteur conseil, et devenir expert en produits financiers et d’assurance , relève Marie-Carole Lecercle, directrice du recrutement chez Axa (ParisJob.com) :

Exercer en indépendant

D’après Robert Half Banque & Assurance, un gestionnaire de patrimoine avec moins de 3 ans d’expérience peut espérer toucher entre 28 et 36 K€ annuels, auxquels s’ajoute un variable pouvant aller jusqu’à 5 K€. Les banques de siège offrent souvent des rémunérations plus élevées car le CGP a un travail davantage commercial : développement de la clientèle et captation de nouveaux avoirs. Sa rémunération variable peut alors représenter 50 à 100 % de son salaire fixe annuel.

Les cabinets indépendants offrent eux aussi des débouchés. Pour l’heure, les jeunes diplômés ne sont pas encore suffisamment attirés par les CGPI. Ils préfèrent le confort des grands réseaux bancaires et leurs perspectives de carrière. Pourtant, ces cabinets ont beaucoup à offrir aux jeunes diplômés, relève Aïda Sadfi, directrice de la société d’études Aprédia (Agefi Hebdo). Les salaires sont sans doute moins élevés au départ que dans les banques mais le métier est très riche et très varié.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici