☰ Menu eFinancialCareers

Un stagiaire à l’assaut de la finance casablancaise (dernier épisode)

Pour ma dernière semaine de stage, j’ai découvert un univers qui m’était complètement inconnu, à savoir celui du back et du middle-office. Vous allez me dire quel intérêt pour quelqu’un qui ambitionne de travailler en front ?

Il me paraît difficile de réussir comme trader sans connaître le travail de ceux qui l’entourent. Connaître les différentes facettes de contrôles de la salle des marchés est indispensable, sinon, comment les déjouer ? (Kerviel, si tu m’entends…) Mauvaise blague à part, les gens du back et du middle-office doivent comptabiliser l’ensemble des deals des traders et sont donc en constante relation avec eux. Mieux vaut que l’entente soit bonne.

Malheureusement, ce n’est pas ce que j’ai expérimenté. Les personnes du front et celles du back ne se connaissent que par mail ou téléphone, car séparées par trois étages. Mais cela n’empêche pas des échanges vifs, surtout lorsque les traders attendent la dernière minute pour communiquer les deals à traiter.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, les personnes du BO m’ont paru plus stressées que les traders, car constamment pressées par les délais, et parfois submergées par la quantité de transactions à enregistrer. Alors que dans la salle des marchés régnait une ambiance bon enfant entre traders, là, au contraire, la tension était palpable. Les collègues se rejetaient la moindre faute les uns sur les autres.

En explorant l’envers du trading floor, j’ai donc pu appréhender ces métiers avec lesquels je serais quotidiennement en contact si jamais j’arrive à percer en front-office. Le but de tout trader est de faire du résultat et d’être le plus productif possible, et dans cette tâche, les personnes du back et du middle ont leur rôle à jouer. Et puis, cela permet de trouver les avantages du travail en équipe dans un métier foncièrement individualiste.

De façon plus générale, mon stage s’est plutôt bien fini. J’ai pas mal appris sur l’organisation et les différents métiers du milieu bancaire, tout en me focalisant un peu plus sur les métiers du trading. Seul regret : je ne peux dire aujourd’hui que je maîtrise complètement un poste. J’ai beaucoup vu, beaucoup observé, mais sans réellement aller au bout des choses…

Ce stage m’aura en tout cas permis de confronter mon envie de travailler dans une salle des marchés à la réalité du terrain. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il me tarde de pouvoir y retourner. À moi donc d’être performant dans mes prochaines recherches de stages et de décrocher ce poste tant convoité !

commentaires (5)

Comments
  1. Tu sais, si tu croyais qu’un simple stage allait te permettre de maîtriser un poste complètement tu te trompes de travail…

  2. Tu nous saoule !
    Les traders ne sortent pas d’écoles de commerce!

  3. pourquoi tant de haine???

  4. c’est vrai. les traders ne sortent plus d’école de comm.
    mais encore dans le mot trader y a bcp de métiers. mais les postes qui sont le plus convoité, ce n’est pas les commerciaux qui les prennent.
    surtout que maintenant les produits devienent de plus en plus compliqués. c’est pas avec du pipo que tu vas pricer un pdt dérivé.

    les meilleurs financiers ça a toujours été des ingénieurs!

  5. Sauf votre respect chers commentateurs, je suis déçue de lire des propos de ce niveau, si vous avez une critique à faire, autant qu’elle soit constructive et apporteuse de richesse aux lecteurs. Ce jeune stagiaire a su, grâce à un style léger et un regard critique, partager son expérience et éclairer les néophites sur un des domaines les plus convoités par les jeunes ou futurs lauréats de grandes écoles.
    Je le félicite pour cela, je trouve que c’est une première qui fera certainement des émules, au grand bénéfice des lecteurs. Merci Monsieur l’apprenti banquier et bonne continuation.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici