☰ Menu eFinancialCareers

OPINION : Plonger les étudiants dans une autre culture. Celle du travail

Jean-Jacques Levy, professeur de finance (ESSEC, I.S.C. et ASSAS) et consultant international, revient de deux study trips à Londres. Voyages d’une semaine qu’il organise chaque année depuis 2001 pour ses étudiants. Il vous dit pourquoi.

Pas de Trafalgar Square ni de Tate Gallery mais Bloomberg, SocGen, Bear Stearns, U.B.S., Roland Berger, L.M.E., Cantor Fitzgerald et j’en passe ! Je veux plonger les étudiants dans une autre culture. Celle du travail.

Qu’ils soient en master de Stratégie et Ingénierie des Affaires Internationales (ESSEC) ou en MBA Finance, Trésorerie et Trésorerie Internationale (I.S.C.), les étudiants que j’accompagne dans ces study trip , sortent tous d’une formation d’ingénieur ou d’une école de commerce (Bac+5). Aujourd’hui ces jeunes s’intéressent de près aux métiers de la finance. Sans pour autant en avoir une vision claire voire réaliste. C’est donc d’abord pour combler ce manque que j’organise ces réunions avec des spécialistes de project finance, des produits structurés, des produits dérivés (front, middle ou encore back-office) ainsi que de la communication internationale et du conseil en management stratégique.

Pourquoi Londres ?

Les CEO (chief executive officers), les CFO (chief financial officers), les associés, les directeurs ou encore les sales que nous avons rencontrés ont en commun un fort esprit d’entreprise, une joie de travailler et l’envie de gagner de l’argent, sujets si tabous en France.

L’une des premières questions lors des entretiens en Grande-Bretagne est : Quel est votre Background ? et non comme, très souvent, en France : Quel est votre diplôme ? .

Ne croyez pas que tout est rose de l’autre côté du Channel. Mais tout est fait, en tout cas, pour vous donner le sens du défi et l’envie d’entreprendre. Si vous vous trompez de branche, it’s not a big deal ! On vous donne la possibilité de faire autre chose, y compris au sein d’un même établissement.

Pourquoi maintenant ?

C’est LA période de recherche de stages de fin d’études. De plus, les sociétés installées en Grande-Bretagne recrutent beaucoup et à tout moment des jeunes diplômés. Pour preuve, cette anecdote : lors d’une visite dans un établissement financier, une des étudiantes, dotée d’un background juridique, se retrouve à discuter avec une personne des ressources humaines lors de la pause café; le lendemain elle avait cinq entretiens, puis deux autres ont suivi. Quelques jours plus tard, elle signait son contrat d’embauche comme sales produits structurés en direction du marché français.

Que fait la place financière parisienne pour retenir ses talents ? La question reste ouverte…

commentaires (1)

Comments
  1. Que fait la place financière parisienne pour retenir ses talents ? La question reste ouverte…

    la réponse est fermée…

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici