☰ Menu eFinancialCareers

Les cabinets d’audit continuent d’embaucher

Habitués à un fort turnover, les grands cabinets d’audit sont de gros pourvoyeurs de jeunes talents. Sur les 1 000 recrutements prévus pour 2010 chez KPMG, les jeunes diplômés représentent ainsi 75 % des troupes. Et les difficultés liées à la conjoncture n’y changent rien ou presque. La crise nous a conduits à réduire de l’ordre de 25 % notre volume de recrutement. Nous avons néanmoins conservé une politique de recrutement très importante de jeunes diplômés, car c’est un impératif dans notre modèle de fonctionnement , explique Anik Chaumartin, responsable RH chez PricewaterhouseCoopers (latribune.fr). Ainsi, sur les 800 personnes que compte embaucher le cabinet en 2010 figurent 380 jeunes diplômés (bac + 5) et 300 stagiaires.

Il n’y a d’ailleurs pas que les Big Four qui recrutent. Il existe une offre complémentaire dans les cabinets de taille moyenne qui proposent, eux aussi, des plans de formation continue et des possibilités d’évolution , explique Isabelle Quatrevaux, DRH du cabinet Conseil Audit et Synthèse à Paris (letudiant.fr).

Le stage, un vrai plus !

Le stage reste, pour beaucoup, la porte d’entrée dans le secteur. Nous recrutons 50 % de nos anciens stagiaires dans notre cabinet , poursuit Isabelle Quatrevaux. Et à défaut de décrocher directement un stage chez son futur employeur, il peut être utile de faire un stage en finance, Après avoir validé deux stages de six mois chez Société Générale à l’instar de Alexia Picot, Edhec de 25 ans, qui, a rejoint PricewaterhouseCoopers Aujourd’hui, elle audite des banques , raconte Isabelle Grevez, directrice du recrutement chez PwC (L’Agefi Hebdo).

Là où le bât blesse, ce serait plutôt au niveau du salaire. Certes, les auditeurs familiarisés avec les normes comptables spécifiques aux activités financières conservent une attractivité maximale , explique Guillaume Pican, de Michael Page (Capital.fr). Mais si ces oiseaux rares sont chassés avec, à la clé, des hausses de salaire de 10 % à 20 %, ce n’est hélas pas le cas pour les débutants. Les cabinets étant noyés sous les CV des diplômés d’écoles de commerce ou d’ingénieurs, ceux-ci n’ont donc guère la capacité de négocier leur rémunération.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici