☰ Menu eFinancialCareers

Banques : l’alternance aussi pour les bac +5 !

Déjà engagées résolument dans la voie de l’alternance, avec actuellement 8 300 alternants, les établissements bancaires continuer d’accentuer leurs efforts dans cette direction. Les banques françaises s’associent à l’effort de mobilisation en faveur de l’alternance , a très officiellement indiqué François Pérol, président de la FBF, lors d’une réunion consacrée au développement de l’alternance (contrats d’apprentissage et contrats de professionnalisation).

L’un des principaux objectifs poursuivi est la montée en niveau des diplômes préparés. Ainsi, dans les prochaines années, les efforts porteront sur le développement des formations de niveau bac +5, afin que les formations en alternance puissent couvrir l’ensemble du spectre des métiers de la banque, celles d’aujourd’hui préparant essentiellement à des diplômes de niveau licence.

Des barrières psychologiques à lever

D’ores et déjà, le Centre de Formation de la Profession Bancaire (CFPB), via les CFA Banques, a sélectionné des masters professionnels en alternance de certaines universités et s’est associé avec elles sous la forme de partenariats en régions. Mais si certains banquiers jouent volontiers le jeu, ce n’est pas encore le cas pour tout le monde. Et pour cause : les métiers auxquels l’apprentissage conduit sont mal connus et souvent sous-estimés , reconnaît Olivier Robert de Massy, directeur du CFPB qui justement mène une démarche de sensibilisation à l’attention des dirigeants et DRH de banques.

Car, loin s’en faut, la palette des métiers exercés ne se limite pas à agent d’accueil mais concerne aussi des postes de conseiller clientèle (professionnels, particuliers, banque à distance), conseiller patrimonial en agence, responsable de point de vente ou d’agence, chargé d’affaires PME/PMI, analyste risques et engagements ou bien encore les métiers de la conformité, pour ne citer qu’eux.

Une formule gagnant-gagnant

En outre, l’apprentissage repose sur le modèle du gagnant-gagnant , pour reprendre la formule d’Anne Marion-Bouchacourt, DRH du groupe Société Générale qui s’exprime sur le site dédié à l’alternance mis en place par la SocGen. L’apprentissage permet au futur collaborateur de mieux connaître l’entreprise, les métiers que vous proposez et en général d’être convaincu de rester avec vous , poursuit Olivier Robert de Massy.

Côté candidats, l’alternance permet de mettre un pied dans l’entreprise, car sans expérience, on a du mal à être embauché , explique Pierre Vial qui, grâce à l’alternance et l’acquis d’expérience professionnelle, a directement été embauché chez BNP Paribas en tant que cadre bancaire (Le Progrès.fr). Mais encore faut-il que les candidats en question se donnent les moyens de la réussite. En plus des heures de cours et du travail, je bossais encore environ deux heures par jour après le boulot , ajoute-t-il. Assurément, le jeu en vaut la chandelle, les taux de conversion en CDI ayant retrouvé leur niveau d’avant la crise, avec près de 80 % des contrats en alternance qui seraient transformés en CDI d’après les statistiques des CFA Banques. Qui dit mieux ?

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici