☰ Menu eFinancialCareers

L’anglais s’impose comme langue unique dans les cursus en finance

Des cours à 100 % dans la langue de Shakespeare, cela pourrait bientôt devenir la norme dans les troisièmes cycles en finance. Dernière illustration en date : la nouvelle école de management issue du rapprochement entre le CERAM Business School et le groupe ESC Lille. Cette fusion est née de la volonté d’avoir un positionnement affirmé sur l’économie de la connaissance et d’assurer une plus forte visibilité à l’international avec des programmes à 100 % en anglais , explique Alice Guilhon, ex-directrice du CERAM qui prend la tête de cette nouvelle entité en tant que directrice générale.

Même si certaines écoles, à l’instar de l’American Business School Paris, proposent depuis longtemps des cours intégralement en anglais, force est de constater que le phénomène prend de l’ampleur et ne se limite plus à quelques formations internationales. Ainsi, à la rentrée, d’autres écoles vont proposer pour la première fois des cours en anglais, comme l’EM Lyon, mais également des universités.

Nous voulons que tous les cours soient enseignés en anglais car les métiers sont globalisés et les recrutements sont désormais internationaux , raconte Carole Gresse, professeur à l’université Paris Dauphine et directrice du fameux Master 203 suspendu pendant un an et dont la prochaine rentrée s’effectuera au printemps 2010 (L’Agefi.fr). Pour ce faire, l’université envisage de solliciter des professeurs d’universités étrangères, notamment des États-Unis.

Un minimum requis

L’ESC Grenoble a décidé, elle aussi, d’innover. Créé pour la rentrée 2009, le parcours english track , qui englobe les 2 premières années de cursus, aura pour particularité d’être enseigné 100 % en anglais par les professeurs internationaux du corps professoral de l’École, en compagnie d’étudiants étrangers. Chez nous, l’international ne se résume pas à un passage rapide à l’étranger : tous nos étudiants doivent avoir au minimum une expérience internationale significative pour pouvoir décrocher leur diplôme, explique Jean-François Fiorina, directeur de l’ESC Grenoble. Mais ceux qui le veulent peuvent en faire beaucoup plus ! Pour preuve, l’école propose des formations en plein cceur de Londres, grâce à un partenariat avec la London School of Business & Finance.

On le constate, bien parler l’anglais ne suffit pas. Encore faut-il valider son expérience à l’international. Mais ne pas maîtriser cette langue est un handicap, cela équivaut à ne pas avoir son permis de conduire ! , conclut Christian Brière, ex-président de l’Association nationale des ressources humaines (ANRH).

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici