☰ Menu eFinancialCareers

Interdiction des stages hors cursus : comment les banques, universités et étudiants passent outre

Le décret visant à interdire les stages hors cursus est paru. Il s’applique aux stages commençant à compter du 1er septembre 2010. Les ministères de l’Enseignement supérieur et du Travail veulent ainsi empêcher les employeurs d’abuser de la précarité des jeunes diplômés en ne leur proposant que des stages, peu coûteux, en lieu et place d’embauches réelles.

Ces stages sont une véritable concurrence déloyale : aux jeunes diplômés qui ne peuvent se permettre de se réinscrire et cherchent un contrat de travail, aux jeunes en cours de formation qui sont moins flexibles dans leurs périodes de stage et ont moins d’expérience, et vont donc être supplantés par des jeunes déjà diplômés et prêts à travailler pour 417 € par mois , rappelle le collectif de stagiaires Génération Précaire dans un communiqué.

D’ailleurs, le collectif n’hésite pas à reprocher à des banques telles que BNP Paribas et Société Générale ce genre de pratique. Ce que réfutent les principales intéressées. Le stage doit absolument s’inscrire dans le cadre d’une formation diplômante. Nous n’acceptons pas les stages de complaisance, nous menons une politique stricte sur les stagiaires , déclare Carole Sottel, adjointe au responsable du recrutement du groupe BNP Paribas (Agefi Hebdo).

Un décret passoire ?

Soucieux de ne pas pénaliser l’accès au marché du travail par excès de rigidité, le gouvernement a prévu des exceptions, notamment concernant les stages menés dans le cadre des formations organisées pour permettre une réorientation et proposées aux étudiants par des universités, ainsi que ceux dans le cadre de formations complémentaires destinées à favoriser l’insertion professionnelle.

Autant d’exceptions qui, d’après les syndicats étudiants, laisseraient la porte ouverte à de nombreux abus. Le décret ne doit autoriser les stages que pour les formations diplômantes et prévoir des dispositions pour éviter que des conventions de stages de complaisance soient passées entre des établissements d’enseignement supérieur et des entreprises , prévient ainsi l’Union nationale les étudiants de France (UNEF) dans un communiqué.

Car il n’y a d’ailleurs pas que les banques à être montrées du doigt. Les universités et grandes écoles sont soupçonnées de signer des conventions de complaisance en échange d’une réinscription factice. Certaines d’entre elles proposent même aux jeunes diplômés d’effectuer une année supplémentaire pour faire des stages. Au programme quelques cours par correspondance et, surtout, des conventions de stage à la clé. Ce qui peut coûter très cher à l’étudiant selon l’établissement et la formule proposée : de 550 € à Paris-IV à 950 € à Paris-Dauphine.

À la recherche de conventions bidon

Sans oublier les jeunes diplômés qui, à défaut de trouver un contrat de travail, s’inscrivent à n’importe quel diplôme juste dans le but d’obtenir une convention de stage. C’est le cas de Cécile, 28 ans, titulaire d’un master en économie, mais sans emploi, qui a intégré un cursus par correspondance à l’université Lyon-III. Jamais elle n’a jamais mis les pieds à Lyon, ni pour s’inscrire ni pour passer les examens. Mais j’ai pu faire mon stage ! , se félicite-t-elle (La Vie.fr).

Enfin, certains étudiants n’hésitent pas à payer certains organismes pour obtenir des conventions bidon, sous couvert de formation fictive. J’étais coincée. Mon IEP et mon école de commerce ont refusé de me fournir une convention au motif que je n’étais plus inscrite chez eux et il était trop tard pour que je fasse une inscription bidon à la fac , reconnaît Julie a 24 ans, stagiaire diplômée en sciences politiques, qui a déboursé 800 € afin d’obtenir une convention auprès de l’un de ces organismes (Le Parisien). Décidément, le petit monde des stages – hors cursus ou pas – est un marché bien lucratif…

commentaires (2)

Comments
  1. Je suis dans ce cas moi aussi. Diplomé en finance, avec un stage de 6 mois en banque. Ne trouvant aucun boulot interessant dans le milieu, je me suis incris à une formation bidon par correspondance pour obtenir une convention de stage pour travailler dans le conseil . Pourquoi? Parceque les entreprises refusent de faire confiance au débutant. Si vous n’avez jamais travaillé dans un milieu donné, les chances de l’intégrer en tant que débutant sont nuls. Et ce n’est pas un probleme de connaissance techniques . Les entreprises veulent des gens immédiatement opérationnels, elles ne veulent plus les former comme autrefois. Pour elles un jeune diplomé c’est qq’un avec 3 ans d’expériences ( hors stage)…. Et le pire ce sont ces annonces de stages qui demandent une expérience préalable dans le milieu.
    Il serait peut etre temps de légiférer les stages, trop de banque ( mais ce ne sont pas les seules, autre stage en PME : 25 salariés et 7 stagiaires renouvelés en permence) utilisent les stagiaires comme de la main d’oeuvre bon marché, sur des missions type power point Ctrl+C Ctrl+V, classement de dossier et en échange ne leur apprennent rien

  2. Je rejoins l’analyse de TOTO. Moi même diplômé en finance, j’ai 22 mois d’expérience en stage (dont 18 mois en banque) et je suis au chômage. Aujourd’hui, moi comme tant d’autres JD sommes pris en étau entre les employeurs qui recherchent des professionnels avec 3 ans d’XP minimum (la plupart des offres mentionnent pourtant “débutant”), et l’Etat, qui veut en finir avec les stages hors cursus (c’est tout à fait légitime mais est-ce vraiment pragmatique en période de crise économique d’une ampleur exceptionnelle).
    Concrètement, en attendant une hypothétique offre d’emploi correspondant à ma formation, je suis donc contraint de faire des petits boulots et perds au passage une bonne partie de l’expérience acquise au cours de mes stages. Eu égard à ce constat, je n’hésiterais en aucun cas à effectuer de nouveau un stage si ma faculté me le permet car il reste, selon moi, le meilleur levier pour entrer dans la vie active.
    M. Sarkozy, M. fillon et M. Bertrand, à quand une véritable politique de l’emploi des jeunes et des séniors ?

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici