☰ Menu eFinancialCareers

Les ingénieurs débutants toujours aussi bien payés dans la finance

La Banque de France a publié au mois d’octobre sur son site une étude intitulée
“Rémunérations dans le secteur de la finance : les banquiers sont-ils tous des superstars ?” qui montre que les ingénieurs qui font carrière dans les métiers de la finance restent surpayés, et ce malgré la crise.

Réalisée par Claire Célérier, doctorante à l’Ecole d’économie de Toulouse, à partir d’une enquête du Conseil National des Ingénieurs et Scientifiques de France (CNISF) sur la situation socio-économique des ingénieurs, l’étude montre que les ingénieurs, relativement au reste de l’économie, sont mieux payés dans ce secteur, qu’il existe une forte hétérogénéité dans les rémunérations et que la part variable des rémunérations est importante.

On y apprend que l’ingénieur en finance est payé 60% de plus que ceux ayant choisi un autre secteur. “En 2009, les ingénieurs qui travaillent dans le secteur de la finance sont près de 5 fois plus représentés dans les 1% de salaires les plus élevés que dans la population totale”, relève Claire Célérier. Quant aux ingénieurs de moins de 30 ans, ils peuvent espérer un salaire annuel brut médian de 41.000 €.

La crise est pourtant passée par là…

Dans ces conditions, pas étonnant que le métier de trader fasse toujours autant rêver les jeunes élites scientifiques. ” C’est la voie royale dans l’esprit des étudiants “, rappelle Carole Gresse, directrice du master finance de Dauphine. (Challenges). Mais si un nombre croissant de jeunes diplômés ingénieurs s’orientent vers les organismes financiers, ils sont encore très minoritaires à le faire (4,2% en 2009 et 3,5% en 2008, d’après les chiffres du CNISF), préférant de loin travailler pour une SSII ou dans les secteurs du BTP, de l’énergie ou de l’aérospatiale pour ne citer qu’eux.

” La crise a fait des dégâts, explique Thierry Carlier-Lacour, directeur associé du cabinet Nicholas Angell. Les nouveaux diplômés ont vu ceux des promotions précédentes licenciés au plus fort de la tourmente, cela les a fait réfléchir “. Pour preuve, la composition de la tranche des 1% les mieux payés a évolué. “Ainsi, la part des ingénieurs travaillant dans la finance a fortement augmenté de 1998 à 2007, puis a diminué en 2009, sans doute du fait de la crise que connaît ce secteur”, précise Claire Célérier.

Ceci dit, les choses pourraient évoluer si l’on considère que cette année, 85% de l’ensemble des ingénieurs en poste se disent insatisfaits de leur rémunération globale actuelle. Et quand on sait que pour 66% d’entre eux, le salaire et ses compléments sont aujourd’hui l’élément qui influence le plus leur décision de rejoindre une entreprise, on se dit que la finance constitue un tremplin idéal pour ceux d’entre eux qui désirent gagner plus.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici