☰ Menu eFinancialCareers

Middle Man : Nous partîmes cinq cents (5e épisode)

L’agent de recouvrement à l’amiable de mon prêt étudiant français (j’ai dû rater une mensualité ou deux, j’avoue) m’a offert le plus beau out of the office de ma carrière : Enfin les vacances ! J’ai trouvé un super coin pour taquiner le goujon et préparer ma retraite avec un stage de peinture !!! De retour [tel jour]. Bon courage à ceux qui restent ou qui sont rentrés. En cas d’urgence merci de contacter [untel].

Autres mceurs, autres départs :
quand je l’ai rencontrée l’année dernière, elle rêvait de devenir commissaire (de police). Elle vient de partir. Elle a intitulé ça bye-bye London . Elle a plaqué un poste de sales, étiquette jeune belle et successful , pour revenir à son Paris, pour devenir responsable com’ d’une grande école, pour ne pas maudire son métier tous les jours, pour ne pas avoir un futur dont elle ne voulait pas. Bon, là je m’improvise biographe à formules dramatiquement pompeuses ; elle déclare surtout être contente d’avoir trouvé un métier qui lui plaît.

Une autre amie, assistante sales, se trouve dans un bureau aquarium pour ce qui semble être une review de mi-année avec son manager. Une demi-heure plus tard, celui-ci envoie un mail aux adresses génériques de l’Intranet : [elle] a décidé de nous quitter pour poursuivre d’autres opportunités. Café-clope d’urgence et explication : elle plaque tout un mois après sa période d’approbation, la démission sans plan B. Elle n’en peut viscéralement plus de son boss, de son équipe, de son boulot. Les gens lui disent qu’elle ne devrait pas, que ce n’est pas le moment, etc. Moi je la trouve sereine, souriante, pour la première fois depuis longtemps. Bon mini-tour du monde à elle !

Vu de l’intérieur, on a l’impression que les gens quittent le navire, sans comprendre vraiment ce qu’ils vont faire, hors référentiel, hors jeu. On est pourtant nombreux à caresser un rêve de vie outre-banque, souvent flou, pour laquelle on estime s’acheter une sécurité, du temps au parfum futur .

Certains considéreront qu’on perd sa vie à la gagner. D’autres vous tendront une main (moyennant des frais de dossier, on est en Angleterre) : la School of life vient d’ouvrir ses portes à Londres, se proclamant université visant à inspirer ceux qui ont abandonné l’habitude de lire des livres décents, ne peuvent plus entretenir une fulgurante conversation aux dîners mondains, ou ont besoin d’élargir leurs horizons de vacances . Ils vous proposent de rencontrer paléontologues, photographes, paysagistes, etc., pour éclairer les projets de changement de carrière . Ils vous disent même quoi lire et comment vous tenir à table.

Serait-ce ces mêmes personnes qui nous ont fait abandonner les bretelles rouges ? L’imaginaire populaire du financier – étiquette large s’il en est – dépeint des gens sans scrupules et sans sommeil, responsables des crises et des baisses du pouvoir d’achat (dans le cas du prix du logement londonien, pourquoi pas), et surtout si obnubilés par le binôme succès / argent qu’ils en oublieraient la société, le bon goût et leur vie. Dans cette veine, le courriel des lecteurs de Libé sur la finance, la crise et Kerviel, est un plaisir. Juste un détail : à part supprimer les bonus, l’argent et le système, ils ne nous disent pas quoi faire, eux.

Au fait, je viens d’apprendre la suite de la citation de Corneille :


Nous partîmes cinq cents ; mais par un prompt renfort

Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port,

Tant, à nous voir marcher avec un tel visage,

Les plus épouvantés reprenaient de courage !

commentaires (4)

Comments
  1. Quel talent! La ou la banque (américaine) m’a cramé, elle te donne de l’inspiration. Au plaisir de te lire..

  2. tres bon article la ou la bank dinvestissement ma quelque peu crame les neurones tu as l air d avoir tout ton esprit :-))

  3. Cher MM,
    bon courage pour la suite. C’est tjs plus facile de partir en premier…mais ça reste dur de trouver un métier qui plaît =)

    See you in london,
    x

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici