☰ Menu eFinancialCareers

Direction financière : siège éjectable ou tremplin ?

Le secteur bancaire a récemment apporté de nombreuses preuves, s’il en fallait, que la direction financière (DAF ou CFO en anglais) est l’une des fonctions les plus exposées dans l’entreprise. Dernier cas en date : chez Fortis, après le départ du directeur général Jean-Paul Votron, c’est Gilbert Mittler, directeur financier de Fortis, qui a officiellement quitté son poste (pour être finalement nommé conseiller spécial du nouveau CEO).

Une récente étude de Deloitte Conseil, réalisée sur les sociétés françaises du SBF 120, a montré que le turnover des directeurs financiers avait augmenté significativement en trois ans : de 8 % en 2005, il est passé à 15 % en 2007.

Quand le DG change, le DAF peut sauter , témoigne André Altmeyer, ancien DAF, aujourd’hui manager de transition, consultant et enseignant. C’est aussi ce que montre l’étude, 57 % des sociétés ayant vécu le départ de leur président entre 2005 et 2007 ont aussi connu le départ de leur directeur financier.

Une forte reconnaissance interne

Paradoxalement, cela signifie peut-être que le directeur financier est désormais associé à la stratégie de l’entreprise dans l’esprit des actionnaires , déclare Jean-Michel Demaison, senior manager chez Deloitte Conseil. De fait, celui-ci ne part pas nécessairement vers une autre entreprise. S’il y a un changement simultané du directeur financier et du président, dans 3 cas sur 10, le premier accède à la place du second.

De manière générale, après 5 ans et demi en poste en moyenne, 54 % des directeurs financiers évoluent vers un poste de directeur général. Pour Antoine Reiss, associé de Deloitte Conseil, la fonction financière semble plus que jamais un tremplin pour accéder à une direction générale en France .

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici