☰ Menu eFinancialCareers

Licenciements, salaires en baisse… À quand la fin de la crise?

Les raisons de basculer vers la dépression sont pléthores. Depuis quelques mois déjà, pas une journée ne passe sans qu’un établissement annonce un nouveau plan social. Au total, 65 000 emplois auraient été supprimés depuis le début de la crise, selon Les Échos du 19 mai. La France n’est plus épargnée: Natixis a averti la semaine dernière qu’un plan de réduction des effectifs était dans les tuyaux, Calyon pourrait bientôt en faire de même, comme laisse le suggérer son dernier communiqué.

Et ce n’est pas le dernier rapport de Morgan McKinley sur la situation de l’emploi à Londres qui va nous redonner le sourire. Actuellement, La City compterait un excédent de 2900 candidatures par rapport au nombre de postes à pourvoir. Le nombre de financiers à la recherche d’un emploi y a augmenté de 20% de mars à avril. Une mauvaise nouvelle n’arrivant jamais seule : les salaires sont en baisse de 5% en moyenne sur un an.

Dernier coup de massue? Le trader serait une espèce en voie de disparition, si l’on en croit cette fois l’étude de Kimsey Consulting. Selon ce cabinet de conseil et d’analyse spécialisé, 20000 emplois devraient disparaître d’ici à 2012.

Seuls rayons de soleil dans ce bien sombre tableau, les financiers-chômeurs mettent en moyenne moins de deux mois pour retrouver un emploi, selon Morgan McKinley. Surtout, le mois dernier a vu le nombre d’offres d’emplois augmenter et atteindre à nouveau un niveau proche de celui d’avant la crise.

Faut-il y voir là le signe d’un retour rapide à la normale ou un simple soubresaut dans un marché morose pour encore un bon bout de temps?

commentaires (7)

Comments
  1. Arrêtez la finance, mettez vous au bâtiment, c’est bien mieux pour la sante, ca paye presque autant et ca pas demain la veille qu’ils vont virer des gens !

  2. Moi je plains les jeunes dip’ des futures promos ESC, va falloir que papa assure pour rembourser le prêt étudiant.

  3. Comme tout secteur, celui de l’emploi des financiers est soumis aux variations du marché, on a connu un boom qui a conduit à un niveau de suremploi (la finance était un des rares domaines ou le chômage n’existait pas), donc logiquement à la première crise venue on fait des coupes franches dans les effectifs, mais des que le marché reviendra à la normale, les banques réembaucheront … Patience !

  4. Moi j’ai le coeur qui bat et qui bat. Dites moi ca prend fin quand ce truc la?

  5. Cockney je confirme!
    papa doit me rembourser le prêt , pas de boulot depuis + de 6mois.. que faire? oui le batiment je veux bien… j’aurai bien aimé un contact? merci

  6. Pas de boulot depuis plus de 6 mois, je confirme aussi! C’est très dur pour les juniors en ce moment. Enfin l’avantage d’être junior c’est qu’on est pas encore spécialisé, et que l’on peut donc postuler “large”. Les juniors+/seniors très spécialisés qui vont se faire lourder ont plus de soucis à se faire…

    Sans parler de toutes les annonces bidons publiées par des banques qui veulent paraitre en pleine santé… Les mêmes défilent depuis plus de 6 mois, remises à jour tous les matins…
    J’ai même vu une salle de 40 candidats où la banque n’a pris personne! Si le poste n’existe pas, autant ne pas convoquer les postulants! Enfin ça sert au moins au chargé de recrutement à justifier sa paye??

    J’ai commencé à postuler dans d’autres secteurs… j’en suis pas encore au bâtiment mais je vais bien finir par m’en rapprocher ;)

  7. Pas de boulot (enfin chui en ssii, mais meme pas un entretien, donc payé à rien faire) non plus malgré un dip d’ingénieur IT, stage de 6 mois dans l’IT dans la banque et un stage de un an aux USA dans la finance.
    J’ai l’impression que ceux qui se trouvent un boulot, c’est surtout les gens qui ont au moins 2/3 ans d’experiences, même s’ils n’ont jamais mis les pied dans la finance auparavant.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici