☰ Menu eFinancialCareers

Les professionnels du restructuring ont le sourire

BNP-Paribas a la conviction que l’actuelle dislocation du marché et les perspectives économiques vont susciter d’intéressantes opportunités commerciales dans le domaine des opérations distressed, de rescue financing et de turnaround investing . C’est ainsi que la banque a introduit, début septembre, sa nouvelle activité Distressed Finance Group.

Un événement symptomatique d’une tendance qui se confirme à mesure que le tableau économique se noircit. Selon une étude Xerfi, les défaillances d’entreprises vont progresser de 5 % cette année et en 2009, après avoir déjà augmenté de 6 % en 2007 (La Tribune).

Les cabinets de conseil à l’action

Les demandes de professionnels spécialisés se sont accélérées à la rentrée. Tout le monde est dans les starting-blocks et anticipe des difficultés croissantes pour les entreprises, notamment dans les secteurs de l’immobilier, de la distribution et de l’industrie , constate Béatrice Andurand, associée au sein du cabinet de chasse Hoffmann & Baretti.

Parmi les acteurs présents sur ce marché, il faut compter les divisions spécialisées des grands cabinets d’audit (big four), des fonds dédiés, et des cabinets de conseil spécialisés en redressement et gestion de crise (Kroll Talbot Hughes, Duff & Phelps…) ou en management de transition (Alvarez & Marsal, DI finances…). Les banques, elles aussi, développent cette activité mais misent, pour le moment, sur des redéploiements en interne. C’est le cas de la nouvelle équipe de BNP-Paribas, qui s’étoffera progressivement , nous a indiqué la banque.

Complexification des dossiers et synergies entre métiers

Nous sommes aujourd’hui extrêmement sollicités par les entreprises mais aussi, de plus en plus, les fonds de private equity , confirme, de son côté, Guillaume Cornu, associé chez Deloitte, à la tête du département restructuration, la plus ancienne équipe parmi les big four, créée en 1987. Le service, qui continue de s’étoffer, est passé de 20 à bientôt 30 collaborateurs en un an.

Face à la complexification des dossiers, plus souvent cross-border, et avec des problématiques de debt advisory croissantes, nous recherchons des profils de plus en plus complémentaires , poursuit Guillaume Cornu. Ainsi retrouve-t-on dans ces équipes surtout des auditeurs (issus généralement des départements transaction services), mais aussi des banquiers (M&A, financement structuré, corporate finance…), des professionnels du private equity, ou encore des doubles profils juridique/financier. Au-delà des compétences techniques et de l’expérience, la personnalité joue un rôle primordial dans le recrutement. Il faut être rassurant, psychologue, imaginatif et passionné , assure Guillaume Cornu.

Dans le conseil, la rémunération globale d’un consultant junior (5-6 ans d’expérience) se situe en moyenne à 60-70 k€. Les directeurs de mission perçoivent généralement autour de 140 k€ (dont 30 k€ environ de variable). Quant aux managers de transition, leurs packages se situent entre 100 et 150 k€.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici