☰ Menu eFinancialCareers

Marre du trading ? Cap sur la multigestion alternative !

Alors que le marché de l’emploi en finance de marchés traverse une période de calme plat, la multigestion alternative figure parmi les rares poches de recrutement. Les fonds de fonds alternatifs continuent d’étoffer leurs équipes. Ils sont particulièrement prompts à débaucher des professionnels expérimentés du trading (trader, structureur, vendeur…) pour leur précieuse expérience des marchés, observe Xavier Logeais du cabinet de chasse NESS (New Executive Search Solution). Le marché de la gestion alternative indirecte leur propose principalement des postes d’analystes (sélection de hedge funds), de gérants ou d’analystes gérants (sélection et gestion) et de contrôleurs de risque.

Le contexte actuel de crise constitue un moment propice au changement, une réorientation de carrière étant, de toute manière, inéluctable pour ces professionnels. Si ce virage permet de capitaliser sur son expérience et d’offrir des perspectives à long terme (le métier de gérant peut s’exercer pendant toute une vie, ce qui n’est pas le cas de trader !), il n’offre pas les mêmes niveaux de salaire que les activités de marchés.

Le nombre de professionnels pourrait doubler en 3 ans

La politique de bonus excède rarement 50 % de la base et le plafond est souvent atteint à 100 %. Un salaire fixe d’un analyste senior (5 à 7 ans d’expérience) s’échelonne entre 60 et 90 k€. Les structures développées dans le giron de la BFI et donc liées aux grandes banques (Lyxor AM chez SG, CASAM CISDM chez Credit agricole/Calyon) sont généralement plus généreuses que les acteurs issus du monde de la gestion d’actifs traditionnelle (HDF Finance, AGI, Eraam, Natixis Multimanager, Groupama AM…). Les indépendants offrent parfois un package plus important que les grandes maisons via une politique d’actionnariat de la société de gestion.

La multigestion alternative, qui a vu le jour il y a environ 8 ans en France, est surtout vécue comme un secteur d’avenir. La gestion alternative dans son ensemble se développe rapidement en France, la multigestion de manière plus rapide encore que la monogestion, témoigne Xavier Lépine, président d’UFG Alteram, qui compte 25professionnels en front-office. Pour de nombreuses raisons, en tête desquelles une demande croissante des investisseurs, cette industrie est structurellement porteuse.

On estime aujourd’hui à 1 000 personnes le nombre de professionnels travaillant dans cette industrie (front-office et fonctions support inclus). Ce chiffre pourrait doubler en 3 ans, selon Xavier Lépine. Et ainsi faire de la France un challenger des grands leaders du secteur en Europe, à savoir la Suisse et l’Angleterre.

commentaires (3)

Comments
  1. Information intéressante, mais j’aurais beaucoup aimé qu’on explique ce qu’est la gestion alternative. S’agit-il de gestion qui intègre des supports d’investissement moins ordinaires tels que les SRI (Sustainable and Responsible investments) par exemple ?

  2. Intéressant mais si vous avez plus de 55 ans……………………

  3. moi je postule dans le secteur
    c’est clairement très intéressant
    riche en opportunités, en évolution et en défis intellectuels

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici