☰ Menu eFinancialCareers

Combien vaut un analyste sell side actions dans une banque internationale ?

Alors que les marchés actions se stabilisent en Europe et que les investisseurs se détendent un peu, les analystes actions peuvent raisonnablement s’attendre à une amélioration de leur sort. La crise a été particulièrement cruelle pour cette profession vénérée dans les années 90.
“Les suppressions de poste d’analyste ont été nombreuses. D’importants secteurs ont été amputés de la moitié de leur équipe. Et on a purement et simplement mis fin à la couverture de certains secteurs devenus non rentables du fait de la faible liquidité et des faibles volumes de transactions’ rappelle Simon Vaughan-Edwards d’Alexander Mann Global Markets.
Bien que les chasseurs de tête constatent une reprise, les banques de 1er et 2nd rang cherchant à nouveau de bons analystes, les incertitudes des banques quant à leur activité de recherche action ont assombri les perspectives des analystes.
“Le problème est celui de l’indépendance de la recherche” résume Paul Tapp de Longbridge International. Les entreprises d’investissement essaient de créer des départements de recherche indépendante mais de plus en plus de boutiques vendent ce type de recherche aux banques. Difficile de dire lequel de ces modèles s’imposera ?
Et comment tout cela se traduit-il en terme de rémunération ? Le salaire de base de la plupart des analystes est resté stable autour de 120-150K€ indique Vaughan-Edwards. Quant aux bonus, tout ce qu’on peut dire c’est qu’ils sont pour le moins imprévisibles.
“Avec les bonus, un très bon analyste peut gagner jusqu’à 375k€ mais les amplitudes de salaires sont très importantes dans tous les établissements : quelques rares stars gagnent 900k€ tandis que d’autres n’ont pas de bonus ou presque. ” rapporte-t-il.
Les analystes expérimentés sont mieux lotis explique Tapp. Un responsable de la recherche ou un analyste senior gagne de l’ordre de 300k€ ; un analyste confirmé environ 180k€ et un analyste junior environ 97k€. Les bonus varient entre 0 et 300% pour les seniors et entre 0% et 50% pour les juniors.
Les bonus de 2004 devraient être meilleurs que ceux de 2003 selon Tapp mais les recrutements devraient rester en berne.
“Les banques et les professionnels du recrutement restent relativement pessimistes sur les perspectives de 2004, un très faible pourcentage d’employeurs envisageant d’étoffer leurs équipes. Les recrutements seront sélectifs, notamment au 1er trimestre” conclut-il.
Chiffres et commentaires de Longbridge International et d’Alexander Mann Global Markets

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici