☰ Menu eFinancialCareers

Nouveaux licenciements en vue

La banque américaine a connu une première série de licenciements. Les séries 2, 3, 4, 5 et 6 attendent en coulisses.

Les mauvais chiffres que dévoile le Financial News risquent de pousser tous ceux qui défendaient l’idée que les ramifications de la crise de liquidité n’étaient qu’une bagatelle à avaler leur chapeau.

Selon le journal, le début de l’année 2008 est le plus mauvais depuis 2003 : les recettes bancaires dans le domaine de l’investissement européen représentent la moitié de ce qu’elles étaient l’an dernier, les IPO ont chuté de 90 % et l’activité de M&A a baissé de 20 %.

Le journal a également sélectionné certains commentaires de senior bankers qui affichent clairement leur pessimisme criant. Je pense que 2006 et 2007 ont été des accidents de parcours exceptionnels qui se sont avérés intenables. Il faut se préparer à une année 2008 très, très difficile , affirme l’un d’eux.

Tandis que les banquiers français vont probablement être à l’abri des pires vagues de licenciements, tout ceci n’annonce rien de bon pour l’emploi ailleurs en Europe – et plus particulièrement à Londres. Sur ce point, nous avons aussi rencontré nos oiseaux de mauvais augure. Pour l’instant, les banques assurent les frais généraux et espèrent que les affaires vont reprendre, mais si ce n’est pas le cas, vous pouvez être sûr qu’il y aura des réductions de coûts assez sévères avant la fin du second trimestre , confie Lee Thacker de la firme de recherche londonienne Silvermine Partners.

Les banques évaluent les marchés et si ces derniers continuent à évoluer comme ils le font en ce moment, on assistera à davantage de réductions des coûts dans les trimestres à venir , renchérit Dick Bove, un analyste de Punk Ziegel & Co aux États-Unis.

Alors que les résultats du premier trimestre des entreprises de courtage américaines vont bientôt tomber, le Wall Street Journal souligne les problèmes rencontrés par les banques Goldman Sachs et Lehman Brothers, qui annoncent toutes les deux – quelle surprise ! – des licenciements supplémentaires.

Lehman supprime 200 emplois dans l’investissement bancaire, selon le New York Times. Et Goldman met au chômage un nombre anormalement élevé d’employés dans son abattage annuel de 2008, d’après le Financial News. Selon le Financial News, Lehman fait subir un test d’effort à son entreprise afin d’atteindre les niveaux de recettes observés pour la dernière fois en 2005. Si cela arrive, des milliers de licenciements supplémentaires sont inéluctables.

Notre analyse montre qu’entre la fin 2005 et la fin 2007, les banques américaines ont augmenté leur nombre d’employés de la manière suivante :

Merrill Lynch : + 8 020 (sans compter les courtiers)

Morgan Stanley : + 8 533

Goldman : + 6 899

Lehman : + 5 637

Bear Stearns : + 2 310

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici