☰ Menu eFinancialCareers

Stages en back-office, un atout pour votre carrière ?

Si travailler en front-office est votre but, un stage en back-office pourrait se révéler une fausse bonne idée. Attention donc de ne pas commettre d’impair.

Il est vrai que je gagne beaucoup pour une stagiaire (1 800 € brut) mais le souci est que le fait d’avoir privilégié la rémunération par rapport au contenu – même si je le trouve intéressant et formateur – risque de m’être préjudiciable plus tard dans ma recherche d’emploi , s’inquiète une étudiante qui effectue son année de césure en back-office sur produits dérivés de taux. A-t-elle raison de s’alarmer ? De l’avis de nombreux recruteurs, un stage significatif d’au moins 3 mois en back-office est un excellent atout pour travailler par la suite en back ou middle-office. Idéalement, le stage aura lieu dans les fonctions support aux opérateurs et/ou production de résultats .

En revanche, si vous voulez à tout prix faire du front-office, attention à ne pas vous retrouver à faire du middle ou du back-office, prévient Carole Jean-Baptiste, consultante senior au sein de Robert Half et spécialisée dans les métiers de la banque de financement et de la gestion d’actifs. Même s’il n’y a pas de fatalité absolue, votre stage détermine votre carrière. Il y a dans certains cas un arbitrage à faire.

L’idée selon laquelle on pourrait passer facilement du back au front-office est surfaite. Elle a été véhiculée par certains qui avaient intérêt à attirer les meilleurs éléments vers le back-office , reconnaît un recruteur sous couvert d’anonymat. L’évolution vers le front a toujours relevé de l’exceptionnel , relève Chantal Deschamps, spécialiste des activités support des banques chez le chasseur de têtes Vendôme & Associés. Ce qui est certain, c’est que l’affaire de la Société Générale et de son trader indélicat va rendre le passage du back au front-office encore plus difficile.

Stage ou mission d’intérim ?

Souvent déconsidérés par rapport au front, les métiers du back-office permettent pourtant des évolutions de carrière intéressantes. Ainsi, selon l’Apec, les gestionnaires back-office peuvent soit s’orienter vers la même fonction dans une structure plus importante, soit se diriger vers des métiers proches, tels que responsable back-office, responsable en middle-office, responsable en comptabilité back-office ou chargé d’affaires entreprises dans la banque. Ils peuvent également opter pour les sociétés de conseil en tant que consultant en organisation bancaire dans un cabinet de conseil ou en entreprise. Un junior touchera entre 30 et 40 k€ et un cadre confirmé entre 40 et 75 k€, salaire parfois complété par un bonus pouvant atteindre 20 à 30 % de la rémunération.

Il y a une vraie pénurie en back-office si bien qu’il n’est pas difficile de trouver un CDD ou une mission d’intérim , reconnaît un recruteur. Désormais, les diplômés des écoles qui forment au back-office acceptent directement des missions d’intérim où ils peuvent facilement gagner 2 500 € brut par mois auxquels s’ajoutent les primes.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici