☰ Menu eFinancialCareers

PPP : voie de garage ou voie d’avenir ?

Les partenariats publics-privés (PPP) n’ont pas suscité l’engouement attendu. Les spécialistes du financement d’actifs doivent-ils pour autant tirer un trait sur ce secteur ?

Les PPP ont enregistré un net décollage en 2006. Depuis, l’activité en termes de flux s’est un peu tassée et peu d’avis d’appel public à la concurrence significatifs ont été enregistrés depuis le début de l’année , a confié Philippe Delelis, avocat au cabinet Jones Day, à l’hebdomadaire L’Agefi, début novembre. Ce ralentissement semble s’être répercuté sur l’embauche. 2007, contrairement à 2006, a été une année très calme en matière de recrutement dans cette branche , témoigne Guy de Brabois, manager de la division Investment Banking chez Robert Walters Paris.

Impulsion de l’État

Créés par une ordonnance en juin 2007, les PPP, aujourd’hui freinés par de longues procédures d’appel d’offres, une complexité technique, et des conditions d’utilisation strictes, pourraient toutefois connaître un futur prometteur. En octobre, Nicolas Sarkozy a demandé au gouvernement de préparer un projet de loi qui pourrait être soumis au Parlement d’ici à la fin de l’année 2007 . Objectif : relancer l’investissement public en matière de grands projets d’infrastructure avec l’aide de financements privés. Un plan de stimulation des PPP, considérés comme un accélérateur de croissance, est donc dans les tuyaux.

Nous croyons à un décollage de cette activité car le besoin des financements des collectivités locales et de l’État est important (environ 50 milliards et 15 milliards d’euros par an respectivement), témoigne sous couvert de l’anonymat un responsable d’une division dédiée aux PPP dans une grande banque parisienne. Les PPP devraient représenter 15 % de ces opérations d’ici à 5 ans contre 2 % actuellement.

Marché gris

Cette accélération, si elle a lieu, sera-t-elle génératrice d’emplois ? Ce financier en est convaincu : On peut s’attendre à multiplier par 2 ou par 3 les effectifs dans les prochaines années , prédit-il. Aujourd’hui, les banques françaises rassemblent, dans des équipes dédiées, une centaine de professionnels, issus des financements structurés, des financements de projets et, plus à la marge, du corporate banking. Tous partagent la même passion pour la structure publique. Si cette voie vous tente, gardez en tête qu’en matière de recrutement, on se situe ici sur un marché gris , le bouche à oreille étant la règle.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici