☰ Menu eFinancialCareers

40% seulement des professionnels du front office à la City sont britanniques (voire moins)

La semaine passée, l’Office of National Statistics, l’équivalent de notre INSEE, a publié une série de données, confirmant notamment la présence importante d’employés étrangers à Londres sur les postes hautement qualifiés.

Des chiffres qui ne surprennent plus ou presque

Concrètement, 33% de ces emplois de la capitale anglaise sont occupés par des professionnels nés à l’étranger (Evening Standard).

Ces chiffres ne surprennent personne. En divulguant que
30% de ses salariés n’étaient pas britanniques, BarCap avait en mars dernier suscité un débat sur les possibles inadéquations du système éducatif britannique.

En fouillant cette fois un peu plus loin dans les statistiques, nous sommes arrivés à la conclusion suivante : les employés britanniques sont largement minoritaires dans les fonctions de front office à la City.

Prenons Blackstone, qui emploie 79 personnes à Londres : 27 seulement (soit 34%) sont britanniques. Parallèlement chez Goldman, un échantillon de 30 personnes pris au hasard au sein du front office fait apparaître que seulement 12 d’entre eux (soit 40%) sont britanniques.

Pas assez d’étudiants britanniques pour répondre aux besoins des BFI londoniennes

La récente étude produite par High Fliers montre d’ailleurs combien les banques d’investissement de la City ont besoin d’aller chercher les jeunes talents en dehors du Royaume-Uni.

Ainsi, l’an passé, 2052 étudiants des plus grandes universités britanniques aspiraient à une carrière dans ce secteur quand les BFI à Londres recherchaient à recruter 2300 jeunes diplômés. Même si tous les étudiants des universités britanniques (parmi eux figurant par ailleurs un nombre certain d’étrangers) étaient embauchés – ce qui n’est bien sûr pas le cas – les banques d’investissement de la City auraient de toute façon besoin de combler leurs besoins en recrutant dans les universités et écoles étrangères, notamment françaises.

La France, important pourvoyeur de talents, peine elle à s’internationaliser…

L’Hexagone forme un bataillon de financiers chaque année, avec 136 masters en finance présents sur le territoire. Parallèlement, avec ses 1000 chercheurs en finance et 100 centres de recherches / pôles de compétitivité, la France se place comme leader européen en matière de recherche en Finance. Surtout, les grandes écoles françaises figurent parmi les écoles cibles des grandes banques d’investissements présents à Londres.

Pendant que la France exporte ses talents, les établissements français peinent, eux, à s’internationaliser. Quid des responsables étrangers dans les directions des BFI françaises à Paris ? L’emploi en finance en France est essentiellement aux mains des Français… Dans les couloirs des sièges des grandes banques françaises, on est à 99 % français et ça, c’est un sujet pour une place qui souhaite s’internationaliser, rappelait Jean-François Monteil, directeur de la Practice Finance Banque pour la zone EMEA du cabinet Alexander Hughes lors d’une table ronde organisée par eFinancialCareers mi-mai.

Les écoles françaises semblent aujourd’hui jouer un rôle moteur dans ce processus d’internationalisation, encore timide. Ainsi la conférence des Grandes Ecoles a récemment manifesté sa volonté de tripler le nombre d’étudiants étrangers d’ici 10 ans, pour les porter à 750.000 contre 278.000 aujourd’hui. Et selon Robin Rivaton, président du Club Finance Paris, ces étudiants étrangers, notamment libanais, marocains et chinois, sont motivés pour rester sur la place parisienne, attirés par la qualité de vie. Encore faut-il leur offrir des emplois.

commentaires (3)

Comments
  1. C’est ça précisément qui manque quand on rentre en France… Toujours les mêmes têtes, les mêmes écoles..Boring!

  2. Si la France “peine a s’internationaliser” cest parce que elle ne parle pas anglais et qu’elle a une mentalite tres fermee!!!!..meme a Londres dans les banques francaises tu ne trouves quasiment que des francais…..

    Faut arreter de jouer aux innocents et dire ” mais pk la France nattire pas les talents?”…..comme si cetait tt nouveau!

  3. L’emploi en finance en France est essentiellement aux mains des Français… Dans les couloirs des sièges des grandes banques françaises, on est à 99 % français et ça, c’est un sujet pour une place qui souhaite s’internationaliser , rappelait Jean-François Monteil,

    ce nest que vrai et choquant les francais sont assez CONSERVATEURS en plus ils sont les premiers a se plaindre quel DOMMAGE!!!!

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici