☰ Menu eFinancialCareers

3 Questions à … Luc Vérité

La promotion des femmes est au cceur du problème , nous dit cet associé fondateur du cabinet de recrutement Mac Allister*.

Luc Vérité répond aux questions d’eFinancialCareers sur le thème de la discrimination à l’égard des femmes dans le secteur financier.

Les femmes qui ont choisi de faire carrière en Finance font-elles aujourd’hui face à une discrimination à l’embauche ?

Le problème ne se situe plus franchement au niveau de l’embauche. Toutefois il arrive que des clients demandent ouvertement : ‘j’ai déjà 80% de femmes dans mon équipe, je préfèrerais recruter un homme’. Il faut alors les recentrer sur les compétences. Même chose lorsque nous traitons de postes de senior manager ou d’associé, pour lesquels le déséquilibre entre les sexes est là encore très net.

A quels problèmes les femmes peuvent-elles être alors confrontées ?

L’évolution de carrière et la promotion, notamment salariale, constituent le cceur du problème. Outre le problème des stéréotypes, qui est global et nécessite une action de tous, trop d’entreprises organisent encore à tort l’avancement uniquement à l’ancienneté et non sur les seuls critères des compétences et de la motivation. Ce système pénalise clairement les femmes, littéralement freinées par un ou plusieurs congés maternité.

Quelle est la réalité de la discrimination à l’égard des femmes dans le milieu de la finance ?

C’est un phénomène difficile à mesurer. Nous parlons d’un secteur qui, faisant face à de grosses pénuries de candidats, a objectivement intérêt de s’ouvrir à un maximum de profils et le fait clairement depuis déjà quelques années. Parallèlement, il y a cette nouvelle épée de Damoclès que sont les plaintes, certes moins démonstratives et nombreuses qu’Outre-Manche, mais de plus en plus dissuasives, grâce notamment à l’action de la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (HALDE) à la fois sur le plan financier et pénal. La discrimination, quelle qu’elle soit, est un délit. En plus d’un pouvoir de médiation, la Halde est donc autorisé à saisir un tribunal à l’encontre d’une personne physique ou morale. Les peines encourues dans le premier cas est de 45.000€ d’amende et jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et jusqu’à 225.000€ d’amende dans le second.

*Mac Allister est membre fondateur de l’association A compétence égale, qui regroupe des cabinets engagés dans la lutte contre la discrimination et pour l’égalité des chances.

commentaires (1)

Comments
  1. Difficile à mesurer ?
    Pas du tout : lisez tous les rapports annuels des entreprises cotées et vous y trouverez les noms des administrateurs femmes. Voilà pour le top management. Pour le middle, on pourra trouver des données statistiquement pertinentes en épluchant les bilans sociaux. des grosses PME. Ce ne sont ni les chiffres ni les rapports sur la question qui manquent. Il y en a des tonnes….qui sommeillent un peu partout.
    Que faire alors ?
    Devant l’impuissance des Pouvoirs Publics, et l’hostilité de 99% du patronat à l’égard de la parité, seule une prise en charge du dossier par les femmes pourra aboutir à quelque chose. Encore faudrait-il que les Associations féminines – stupidement éparpillées en 1001 structures – se regroupent, définissent et mettent en place ENSEMBLE une véritable stratégie de conquête du pouvoir.

    Jusqu’ici, si l’on en juge par les résultats, leur action a été tout à fait marginale. Quelques exemples hyper-médiatisés (Lauvergeon, Barbizet …) servent d’alibi. Mais notez que ces “idoles” du buziness au féminin se gardent bien de lever le petit doigt pour faire avancer le shmilblic.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici