☰ Menu eFinancialCareers

OPINION : Concilier rentabilité économique et valeurs éthiques

Nombre d’établissements financiers revendiquent une attitude éthique, constate Elizabeth Paulet*, professeur de finance à l’ESCEM. Phénomène de mode ou vrai défi pour les banquiers ?

Que signifie être responsable pour les professionnels de la finance ?

Il s’agit surtout de concilier des exigences de rentabilité économique, incontournables dans une économie de marché, et une demande sociétale croissante en faveur de valeurs sociales, comme l’environnement. Il n’est donc pas question de remettre en cause les concepts fondateurs de la finance mais plutôt d’y introduire des valeurs éthiques. Celles-ci sont des valeurs de pérennité, sur lesquelles la confiance des investisseurs repose. Un enjeu auxquels sont confrontés ensemble acteurs du secteur, pouvoirs publics et enseignants.

Comment banquiers et financiers font-ils face à cette nouvelle donne ?

Des expériences de banques éthiques (Triodos, la Banca Ethica) et alternatives (la BAS ou la WIR en Suisse) existent. La caractéristique essentielle de ces institutions est qu’elles ont choisi de ne pas être présentes sur les marchés financiers, et de concentrer leurs activités sur la collecte des dépôts et l’attribution des crédits. En revanche elle ne rejette pas l’idée de profit, simplement elles l’utilisent autrement.

Au-delà la majorité des banques s’est engagée dans une démarche de financement éthique, consistant à intégrer des critères non exclusivement financiers (écologiques, sociaux et sociétaux) dans le choix des placements. Elles répondent ainsi à une demande croissante de leurs clients en faveur de produits d’épargne spécifiques, favorisant par exemple l’épargne solidaire et le développement local. Mais il reste encore beaucoup à faire. En effet, ces fonds ISR (investissement socialement responsable) représentent aujourd’hui moins de 1% de la gestion collective en France, en comparaison avec 10% aux Etats-Unis.

Comment aller plus loin ?

L’intérêt et la demande existent de la part des clients, bien que freinés par la pression concurrentielle existant sur le secteur bancaire. Les professionnels ont toutefois une marge de manceuvre. A savoir renforcer leur relation client pour mieux faire partager leurs contraintes de performance en adéquation avec leur volonté d’entrer dans une démarche nettement plus encline aux valeurs éthiques.

A titre d’exemple la demande de crédit d’une PME voire TPE devrait certes inclure des considérations strictement financières mais également davantage prendre en considération l’impact au niveau développement local. Même si ce type de démarche est promu dans les établissements bancaires, il est parfois sous-estimé au profit de rentabilité plus mesurable. Il y a ainsi une réflexion à mener sur l’impact des critères éthiques à long terme et le développement de travaux de modélisation dédiés.

Le concept d’éthique a-t-il vocation à perdurer ?

La réponse à cette question dépend en grande partie de la volonté des financiers, qui doivent s’interroger sur les possibilités de faire de la finance autrement. Tout l’enjeu est d’établir un plus juste équilibre entre valeurs financières et valeurs sociétales. Loin d’être un phénomène de mode, l’éthique est devenue une problématique récurrente que les financiers ne peuvent désormais plus éclipser.

*Elisabeth Paulet enseigne à l’ESCEM et dirige, en parallèle, le laboratoire de recherche de politiques financières et comptables de l’entreprise. Elle est également titulaire de la chaire Jean Monnet Intégration financière et bancaire Européenne. Dans ce cadre, elle a organisé un colloque à Florence, fin mai, sur le thème Marchés financiers, institutions bancaires et éthiques .

· Intéressé(e) par écrire un article Opinion pour eFinancialCareeers.fr ? N’hésitez à pas à nous envoyer vos suggestions à editorial.fr@efinancialcareers.fr

commentaires (1)

Comments
  1. Juste une remarque, lorsqu’il s’agit pour les lecteurs de parler de salaire en Keuros et de Bonus et de primes on assiste a des prises de bec plutôt captivantes, mais dès qu’il s’agit de parler ethique et banque alors là plus aucun commentaire…voila un des problemes…

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici