☰ Menu eFinancialCareers

OPINION : J’ai eu une mauvaise expérience de la mise en réseau interne

Tout le monde vous dit qu’il faut utiliser son réseau pour décrocher un emploi, mais je tiens à apporter un bémol. D’après mon expérience, la mise en réseau peut tourner au vinaigre.

Il y a quelques années, je travaillais comme sous-traitant dans un département middle-office. Je parle couramment le français et j’étais chargé de vérifier les opérations initiées par le desk de vente en France.

En quelques mois, j’ai développé de bonnes relations avec un directeur et deux vice-présidents du desk, et ils m’ont dit qu’ils avaient vraiment besoin d’un associé pour les aider. L’un des vice-présidents, mon supérieur hiérarchique direct, pensait que je serais parfait pour cette fonction.

J’ai envoyé un e-mail au directeur et il en a discuté avec le desk middle-office. Ils ont tous trouvé que c’était une bonne idée, mais en raison de restrictions de budget et de recrutements, ils n’ont pas souhaité m’embaucher directement. À la place, ils ont décidé de demander à mon chef de service si je pouvais être détaché auprès du desk pour quelques mois (bien sûr, ils l’ont fait en lui envoyant mon e-mail d’origine).

Quand mon patron a reçu le mail, il a immédiatement voulu mettre fin à mon contrat (et il l’aurait fait si mon supérieur hiérarchique n’était pas intervenu).

Cela montre à quel point il faut être prudent. J’étais sous-traitant, libre de changer de travail quand je voulais, je ne faisais pas de cachotteries (c’est mon superviseur qui m’a encouragé à postuler) et le poste se trouvait dans la même banque. Mais la politique du département et mon apparente « déloyauté » (sachant que j’avais travaillé en sous-traitance pour des missions de 3 mois avec une période de préavis immédiate) étaient suffisantes pour me licencier sur le champ.

On nous dit toujours qu’il faut utiliser notre réseau pour chercher du travail de façon indirecte, mais dans un petit monde comme celui de la banque d’investissement, il y a une sérieuse chance qu’une approche non sollicitée vers un autre service ou une banque rivale puisse revenir aux oreilles de votre patron et vous fasse passer auprès de lui pour quelqu’un de déloyal ou sur qui on ne peut pas compter.

commentaires (4)

Comments
  1. Sauf qu’il ne faut pas confondre la situation en tant que prestataire de service et celui d’employé en interne.
    En fait votre patron aurait aimé augmenter votre facturation pour un poste plus qualifié afin d’augmenter votre rémunération .

  2. Arrêtons le bla bla bla …ce sont des Nantis qui utilisent les compétences opérationnelles des Autres pour mieux se parer de médailles hiérarchiques au revers de leurs éternels costumes rayés.
    Je sors volontairement de douze années de Banque, à des postes à la fois stratégiques de Direction, techniues de gestion et de souscription, de management de diférentes équipes Cadres et Collaborateurs Commercaiux, je puis vous assurer qu’ils existent encore ceux qu’on nomme des “ronds de cuir” très grassement payés, privilégiés par soyons clairs: les fonds du contribuable.

    Quand cesserons nous enfin de faire la laine sur le dos du Mouton ?

    c’est pitoyable.

  3. La vie est un concours de circonstance et de risque. Les choses pouvaient passer comme une lettre à la poste et vous préparer à un bel avenir. Il faut oser, tirer les leçons et mesurer le risque. Lorsqu’on est en CDI on est dans une situation plus confortable au vu de la procédure de licenciement. Je cite Théodore Roosvelt ” s’il échoue qu’il échoue en osant de grandes choses afin que son cceur ne soit pas parmi ces âmes froides qui ne connaissent ni le succès ni l’échec”.

  4. mais bon… fallait peut etre ne pas utiliser le mail… On peut activer son réseau oralement c plus prudent. Les paroles s’envolent, les écrits restent . That’s always been life

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici