☰ Menu eFinancialCareers

Fusions/Acquisitions : partie d’échec entre banques d’affaires et banquiers d’affaires

Il n’y a pas de réelle tendance dans le recrutement des banquiers d’affaires en fusion et acquisition. Ni positive, ni négative. Banques et banquiers guettent le moment de la reprise de l’activité. En l’occurrence, après une année 2004 en demi-teinte, au cours de laquelle la jumbo OPA de Sanofi-Synthélabo sur Aventis aura masqué l’atonie du marché, tout le monde attend un franc redémarrage.

Selon Jean-François Monteil, directeur général d’AT Kearney Executive Search, dans ce contexte, les banques veulent se tenir prêtes pour ce redémarrage, sans pour autant alourdir leurs comptes de charges excessives . Embaucher ni trop tôt donc, car le package d’un managing director débute à 500 000 euros, mais pas trop tard non plus.

Question de timing

En effet, le marché des originateurs senior est très limité et l’attentisme peut se révéler très onéreux. Les termes de l’échange sont aujourd’hui favorables aux employeurs. À s’y prendre trop tard, les banques encourent un risque de multiplication par deux ou trois des packages , poursuit Jean-François Monteil. En la matière, hors exceptions que sont les senior advisors , le haut de la fourchette peut dépasser 1,5 millions d’euros.

Où aller ? Il y a évidemment le match banques anglo-saxonnes versus banques françaises à réseau. Ces établissements bâtissent des business-model et optent pour des modes d’origination de mandats sensiblement différents. Les premières font prévaloir l’excellence de l’exécution des transactions, tandis que les secondes mettent en avant leur relation de proximité et s’appuient sur le cross-selling entre différents départements de la banque d’investissement.

Dans la pratique, ces établissements sont très complémentaires, pour les grandes opérations franco-françaises ou les opérations cross-border, on retrouve le plus souvent les deux types de conseils , observe Jean-François Monteil.

Boutiques vs. mastodontes

D’un côté ou de l’autre, les établissements ont une réputation bien ancrée sur le marché. Chez les anglo-saxons, Goldman Sachs et Morgan Stanley qui disposent d’équipes très pointues sur le marché primaire actions demeurent la crème de la crème. JP Morgan, Lehman Brothers et CSBF ont également de beaux atouts à faire valoir.

Au sein des banques nationales à réseau, BNP Paribas revendique la forte stabilité de son équipe constituée en 1998. De son côté, SG, dont le métier des M&A n’est pas cceur de cible, s’efforce de compléter sa boîte à outil. Adossé au groupe CNCE, IXIS qui dispose de senior bankers chevronnés pourrait connaître ponctuellement quelques succès.

Le partenariat passé avec Lazard témoigne de cet appétit pour les fusions-acquisitions. Les boutiques comme Rotschild, présentes dans de très grosses opérations, Lazard ou Dôme Close Brothers constituent peut-être la véritable alternative pour les banquiers d’affaires.

Expérience des privatisations

Au niveau inférieur, pour l’exécution des transactions, le marché est nécessairement plus fluide, d’autant que les banques cherchent à se différencier sur ce terrain en renforçant leurs équipes. Les banques qui peuvent se l’offrir favorisent les embauches de profils ayant 6 ou 8 années d’expérience. Avoir connu l’ensemble du cycle économique et notamment l’avant et l’après 11 septembre 2001 et y avoir survécu constituent aujourd’hui des atouts à valoriser , justifie Jean-François Monteil.

Outre cette expérience, il existe un profil idéal pour ce type de poste : école de commerce ou d’ingénieur complété par un MBA. Puis deux expériences de premier rang dans une banque anglo-saxonne. Si ce parcours s’agrémente d’un passage au Trésor, avec une expérience de privatisations des participations de l’Etat, c’est un plus indéniable . Sous cette condition, le candidat peut espérer taper le haut de la fourchette comprise entre 120 000 et 300 000 euros annuels.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici