Les profit warning des BFI françaises sont-ils annonciateurs d'une baisse des bonus ?

eFC logo
pitching VCs, VC, VCs, venture capital, venture capitalists, venture capital firms, angel investors, bankers, banking, banks, Wall Street, fintech, fintech startups, tech startups, tech, technology, AI, blockchain, The Fund, Katie Hunt, Spencer Lake, Fenergo, nCino, Excel Venture Management, Insight Venture Partners

Société générale a annoncé ce jeudi dans un communiqué s’attendre à une baisse de 20% de ses revenus dans ses activités de marchés et de services aux investisseurs au cours du quatrième trimestre par rapport à la même période en 2017 en raison d'un « environnement difficile sur les marchés de capitaux mondiaux ».

SocGen n'est pas la première banque française à émettre un profit warning. En décembre, Natixis avait lancé un avertissement sur ses revenus du quatrième trimestre en raison de pertes dans son portefeuille de dérivés actions sur les marchés asiatiques. Quant à BNP Paribas, elle aurait perdu quelque 80 millions de dollars dans ses activités de trading sur l’indice S&P 500, selon l'agence Bloomberg.

Certes, les banques françaises ne sont pas les seules à souffrir de la conjoncture. Les grandes banques américaines qui publiaient cette semaine leurs résultats ont dit avoir souffert dans leurs activités de trading sur le marché obligataire. Mais si les bonus des grandes banques U.S. sont désormais connus, qu'en sera-t-il pour leurs concurrentes françaises ?

Quid des bonus 2019

Outre le fait de prévenir en amont les analystes qui suivent de près les valeurs bancaires (et éviter ainsi la douche froide le jour de la publication des résultats), ces profit warnings constituent également un signal envoyé au personnel concernant le montant des prochains bonus qui, dans les banques françaises, sont généralement versés fin février-début mars.

Ceux qui travaillent dans les divisions concernées par les avertissements (ex : dérivés actions Asie chez Natixis ou activités de marché chez SGCIB) doivent donc s'attendre à une baisse (au pire) ou un gel (au mieux) de leur bonus. « Mais comme les rémunérations variables prennent en compte les performances individuelles - en plus de celles de la banque, la division et de l'équipe - certains 'top performers' pourront peut-être tout de même voir leur bonus augmenter », rappelle un recruteur en finance basé à Paris.

Cette année, la détermination des montants de bonus qui seront versés au titre de 2018 s'annonce d'ores et déjà comme un exercice compliqué. « Les banques se doivent à la fois de se montrer généreuses et répondre aux attentes des équipes en poste, et en même temps se montrer prudentes dans le cas d'un retournement de marché », nous confie un chasseur de têtes parisien spécialisé dans les métiers de front-office. Dans ce cas, la question qu'il convient de vous poser est donc de savoir si votre banque a intérêt à vous garder ou non...

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...