TÉMOIGNAGE : « Comment survivre à vos 100 premiers jours chez Goldman Sachs... »

eFC logo
Starting a job at Goldman Sachs

Quand j'ai rejoint Goldman en 2005, voici ce que l'on m'a dit : « Souvenez-vous de ceci : Goldman est toujours un endroit difficile. Il est difficile d’être embauché, de travailler ici et de partir ».

Dans cet esprit, les 100 premiers jours dans l'entreprise peuvent être critiques. Attentes inadéquates, efforts trop durs et trop rapides ou le simple fait de ne pas développer les bonnes relations peuvent nuire aux perspectives de carrière de personnes par ailleurs très talentueuses.

Respirez la culture Goldman

Comme dans toute autre entreprise ayant une culture forte, il existe une « manière d'être et de travailler Goldman ». Faites attention, prenez des notes. Apprenez ce qui motive les gens autour de vous. GS est synonyme de travail acharné, de concentration sur le client et d’excellence dans tout ce que vous faites. Vos valeurs personnelles sont-elles alignées avec une telle culture ? Si ce n’est pas le cas, vous aurez du mal à progresser.

Concentrez-vous sur le fait de devenir un professionnel fiable qui fait peu d'erreurs

Nous sommes tous enclins à faire des erreurs. Mais lorsque vous débutez, vous construisez la partie essentielle de votre réputation : être considéré comme une paire de mains sûre.

Identifiez vos points faibles et améliorez-les. Par exemple, si vous êtes distrait, utilisez des applications ou prenez l'habitude de tout noter sur un bloc-notes pour ne pas vous fier à votre mémoire. J'ai gardé un « cahier d'apprentissage » qui m'a aidé à digérer la grande quantité d'informations que je recevais quotidiennement

Soyez heureux et enthousiaste en faisant des choses inférieures à votre statut

En tant qu’analyst, j’ai apporté le déjeuner à mon équipe lors de journées bien remplies et j’ai emmené le linge de mon patron au pressing à la fin de la journée. Je n'ai pas eu besoin qu'on me le dise. Je me suis porté volontaire. Peu importait que mon patron ait deux ans de moins que moi. Quand vous êtes un junior, vous devez trouver un moyen d’ajouter de la valeur à votre équipe, même avec de petites choses.

Demandez vous-même : comment puis-je vous aider, ici et maintenant ? Faites-le régulièrement et votre équipe le remarquera. Vous deviendrez un membre précieux du groupe, une personne utile qui mériterait d'être formée et développée, et vous vous rendrez compte que vous apporterez une valeur ajoutée grâce à des contributions commerciales plus complexes.

Laissez la politique à votre patron

Soyons honnêtes : lorsque vous commencez, vous n’avez aucune idée de la dynamique interne. Donc, n’essayez pas de vous mettre au beau milieu des choses. Il est très facile d’avoir des ennuis (et de provoquer des ennuis à d’autres personnes) avec des commentaires irréfléchis, en copiant les mauvaises personnes dans des courriels ou en rejoignant une conversation apparemment innocente au cours de laquelle une personne est vivement critiquée.

Posez-vous la question de savoir si cela ajoute-t-il une valeur ? En cas de doute, éloignez-vous et concentrez-vous sur votre travail. Vous aurez beaucoup de politique à traiter plus tard dans votre carrière !

Rafael Sarandeses est un ancien banquier d'investissement et pilote de course professionnel. Il est addict à la performance.

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Close