☰ Menu eFinancialCareers

Professionnels en back-office de produits dérivés recherchés

Les banques d’affaires en Europe et aux Etats-Unis se dépêchent de recruter des professionnels du back-office spécialisés en produits dérivés. Il se pourrait pourtant que cet engouement ne dure pas

On a assisté à une demande très importante en employés capables de travailler sur les confirmations OTC de produits dérivés , explique Mike Hartwell, managing director du cabinet de recrutement londonien Hartwell Buck. Les candidats expérimentés font cruellement défaut et les banques embauchent donc des vagues importantes de juniors à l’extérieur des programmes de recrutement généralement réservés aux jeunes diplômés.

Brian Drum, managing director du cabinet de recrutement base à New York Drum Associates, confirme ce phénomène sur Wall Street. Les postes en back-office sur produits dérivés sont complexes. Il est difficile d’automatiser le processus de passage d’ordre sur des produits dérivés. Les banques veulent donc des personnes capables de faire face aux complications qu’ils sont susceptibles de rencontrer.

Nul besoin d’être Sherlock Holmes pour comprendre d’où provient l’enthousiasme des banques pour ces spécialistes. En septembre dernier, les banques européennes et américaines ont promis à la Federal Reserve de supprimer toutes les sauvegardes de confirmations de produits dérivés de crédit d’ici à juin 2006. Les retards de confirmation de transaction soulèvent certaines inquiétudes : investisseurs et passeurs d’ordre pourraient ne pas être sûrs de leur partenaire en cas de problème.

Pédagogues demandés

Cette pénurie de professionnels expérimentés génère également un besoin en personnes capables de former et de mettre à niveau les juniors.

Pour Richard Left, manager au sein du cabinet de recrutement Jonathan Wren à Londres, plusieurs banques ont engagé des formateurs : Les employés anciennement chargés de faire des règlements de transaction sur revenus fixes ont été formés pour travailler sur des produits plus complexes.

Guy de Brabois, consultant senior pour la division Banque de Robert Walters France, parle d’une tendance similaire à Paris : les banques cherchent des managers capables de former des gens pour le règlement de produits dérivés.

Délocalisation et systèmes électroniques gâchent la fête

A plus long terme, cette demande en spécialistes de règlements de produits dérivés pourrait bien s’estomper sérieusement. Un service de confirmation électronique a été élaboré par la société américaine Depository Trust and Clearing Corporation. Si son utilisation est restée modérée en raison de différence de standard, les clients et investisseurs se sont engagés à utiliser ce service au mieux dans le futur.

En outre, la délocalisation pourrait également mettre un frein à cette recherche de candidats. JP Morgan par exemple transfère le plus gros de son système de transaction de produits dérivés de crédit à Mumbai et Bangalore en Inde. Pour Chris Gentle, spécialisé dans la délocalisation de services financiers pour le cabinet Deloitte, les autres banques devraient suivre.

Tout le monde n’est heureusement pas aussi pessimiste. Tracey Pirrie, spécialiste du recrutement à New York, confirme qu’il n’y a pas lieu de paniquer. Les tâches de back-office pour les produits dérivés les plus complexes ne seront pas délocalisés dans la majorité des cas .

Les salaires suivent

La loi de l’offre et de la demande tire bien entendu les salaires de ces spécialistes recherchés vers le haut. Pour Guy de Brabois, les spécialistes en produits dérivés ayant plusieurs années d’expérience peuvent espérer des salaires compris entre 60.000 et 72.000 $ avec un bonus de 10%.

Ces chiffres sont supérieurs aux rémunérations que peuvent espérer leurs homologues suisses (entre 59.000 et 62.000 $) ou italiens (36.000 $) mais ils restent comme souvent très inferieurs aux salaires américains (162.000 $, bonus compris). Ces professionnels ont encore de belles heures devant eux.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici