TÉMOIGNAGE : « Méfiez-vous des anciens banquiers d'investissement qui se prennent pour des capitaux-risqueurs »

eFC logo
Bankers who become VCs

Je suis un ancien banquier qui dirige une entreprise de technologie. Nous avons plusieurs millions de dollars investis et des bureaux à Londres et à San Francisco. Je vis le rêve de la start-up. Aussi, j'en ai par dessus-tout de mes anciens collègues du secteur bancaire qui se décrivent eux-mêmes comme des venture capitalists (VCs). Il n’est pas exagéré de dire qu'ils sont légion dans toute l'Europe. La majorité des VCs que je reçois sont des personnes avec un background financier mais très peu d’expérience pratique et opérationnelle.

Sur le plan qualitatif, cela se voit dans de nombreuses réunions de VC partners que nous organisons, en particulier celles nécessitant une due diligence approfondie. Les VCs sont souvent critiqués pour leur mentalité moutonnière, mais je suis parfois étonné de la réticence de certains d'entre eux que nous avons rencontrés à examiner des business models autres que ceux générant des revenus récurrents annuels (ARR).

Ces anciens banquiers ne comprennent pas vraiment les business dans lesquels ils investissent, et cela se voit. Aux États-Unis, où, d'après mon expérience, les VCs sont plus compétents qu'ailleurs, 90% de leurs investissements sont sous-performants par rapport au S&P 500 sur un horizon de 10 ans. Seul le top quartile générant des rendements justifie l'existence de l'industrie du capital risque.

Fondamentalement, cela signifie que si vous êtes persuadé d'avoir un bon business technologique en phase de démarrage, alors 9 VCs sur 10 sont mauvais pour vous. Et quand vous avez une start-up, en confier le contrôle aux mauvaises parties peut être une erreur fondamentale. Cela n’aide en rien que les ex-banquiers aient également tendance à faire des demandes déraisonnables en ce qui concerne les actions préférentielles et autres sièges au conseil d'administration. Ils ne comprennent pas le business et je ne tiens pas à ce qu'ils soient impliqués.

C'est la raison pour laquelle j'ai évité tous les ex-banquiers présents sur le marché du financement et accepté à la place l'argent d'investisseurs fortunés ayant créé et revendu des entreprises pour plusieurs milliards de dollars, de fonds de capital-investissement sous gestion ou issus d'un secteur spécifique en phase avec notre stade de développement actuel.

Au début, je pensais que PE rimait avec « comment peut-on vous aider ?», mais en réalité, ces types réalisent des centaines d’investissements et s’impliquent réellement dans les affaires qu'ils traitent. Cette expérience des business models et de leur fonctionnement sur différents marchés est extrêmement importante pour une jeune entreprise technologique qui cherche à développer des produits adaptés au marché.

De la sorte, j'espère que notre entreprise réussira. Nous avons besoin d'énergie, d'ambition et d'intelligence pour créer, plus l'expérience nécessaire pour éviter les erreurs, identifier les opportunités et en tirer parti. La deuxième partie de cette équation correspond à ce que je veux que mes investisseurs (et mon équipe de direction) fournissent. S'ils sont d'anciens banquiers, je doute vraiment de leur capacité à le faire.

Matthias Fournier est le pseudonyme d'un ancien banquier devenu entrepreneur en technologie.

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Close