TÉMOIGNAGE : « Ma collègue trader m'a dit qu'elle était tombée enceinte pour éviter de perdre son job... »

eFC logo
Pregnant woman 11

Quel est le meilleur moment pour tomber enceinte si vous travaillez dans une banque d'investissement ? Selon ma collègue femme dans la salle des marchés, c'est en août. Ainsi, vous pourrez annoncer votre grossesse à votre patron en octobre et vous assurer d'échapper aux licenciements de fin d'année. De nos jours, les banques ont tellement peur des procès qu’elles licencieront rarement une femme enceinte.

C'est en tout cas ce que pense ma collègue. Elle a eu son premier enfant il y a moins d'un an et, même si elle admet volontiers que ce n'est pas optimal, elle a décidé d'en avoir un deuxième au milieu de l'année prochaine. Nous savons tous que les réductions de coûts sont imminentes et, à tort ou à raison, elle pense que sa grossesse la protégera.

Sa stratégie peut ne pas fonctionner. La forme de l'équipe est en train de changer. Toutes nos nouvelles recrues ont des compétences en matière de codage, contrairement à ma collègue femme qui gère ladite équipe. Elle travaille déjà par tranches de 12 heures, effectue un trajet de 45 minutes et s’occupe de sa jeune famille. Elle dit qu’elle n’a ni le temps ni la volonté d’apprendre à coder. C'est un problème. Elle ne peut pas reproduire le travail que les juniors accomplissent elle-même et son rôle devient de plus en plus administratif. Les clients ont commencé à la contourner et à aller directement chez les juniors. Cela n'est pas passé inaperçu en interne : elle est rarement capable de développer ou d'expliquer son travail lors des réunions. Cependant, elle souhaitait obtenir une promotion afin de gagner un salaire plus élevé, mais lorsque vous travaillez dans une banque, une promotion signifie simplement que vous apparaissez davantage dans le radar de la direction.

Je ne sais pas comment coder moi non plus et je me sens tout aussi exposé. Et comme ma collègue est à nouveau enceinte, je crains encore plus que je ne sois choisi lorsque mes supérieurs hiérarchiques rechercheront des personnes à licencier.

Est-ce que je la blâme ? Pas vraiment : si j'avais le choix, je ferais probablement la même chose. Ma collègue est le plus gros gagne-pain de sa famille - son mari est enseignant et très passionné par son travail. Ils ne pourraient pas mener leur mode de vie sans son revenu. De toute façon, elle a prévu d'avoir un deuxième enfant, ce qui revient à dire qu’elle a tout simplement fait avancer sa grossesse de quelques années.

Néanmoins, je ne suis pas sûr que ce soit la bonne décision. Je soupçonne ma collègue déjà épuisée d'accumuler simplement encore plus de stress pour l'avenir. C’est une solution à court terme à un problème qui ne fera qu’empirer. Cela aiderait si la banque lui accordait davantage de soutien à son retour de son premier congé de maternité - mais malgré tout ce qui a été dit pour aider les mères qui travaillent, ce type de soutien est balbutiant. Plutôt que cela, elle a choisi de prendre les choses en main. J'espère que cela fonctionnera.

Hector Saville est le pseudonyme d’un trader dans une banque d’investissement américaine.

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Close