Quels sont les jobs menacés chez BNP Paribas CIB qui ne cesse de voir ses revenus diminuer ?

eFC logo
Businessman Stop Domino Effect

Jusqu'où les revenus de BNP Paribas CIB vont continuer de chuter ?

Ce mardi matin BNP Paribas a ouvert le bal des publications des résultats du troisième trimestre des grandes banques françaises. Tout comme au deuxième trimestre, la banque de la rue d'Antin a vu ses revenus à nouveau baisser dans sa division de banque d'investissement et de financement qui accuse cette fois-ci une baisse de 3,5%.

Encore une fois, on est bien loin des objectifs d'une hausse des revenus de 4,5% par an en moyenne (5% pour la division Global Markets) fixés dans le cadre du plan de développement 2017-2020 de la banque. Dès lors, la division CIB qui évolue ce trimestre dans un contexte de marchés financiers peu porteurs en Europe va-telle devoir couper dans ses effectifs de trading ?

D'ores et déjà, BNP Paribas s'apprête à supprimer jusqu'à une quarantaine d'emplois dans sa banque d'investissement à Londres et à réduire ses recrutements en raison des turbulences sur les marchés ayant affecté les bénéfices des desks de trading de la City. Des coupes qui à terme pourraient s'intensifier si les résultats continuent inexorablement à se dégrader.

Des métiers plus ou moins impactés

Les professionnels (traders,vendeurs, analystes) les plus exposés à des coupes d'effectifs sont ceux travaillant dans la division Global Markets dont les revenus ont accusé une baisse de 8,3% par rapport au troisième trimestre 2017, et plus encore ceux dans les FICC (Fixed Income, Change et Commodities) où les revenus sont en baisse de... 15,1% !

Raison invoquée ? « L'activité de la clientèle est toujours faible sur les taux en Europe et le contexte de marché a été défavorable sur le change et dans une moindre mesure sur le crédit », souligne la banque dans un communiqué. Seuls les spécialistes des émissions obligataires arrivent à tirer leur épingle du jeu, leur activité restant classée n°1 depuis le début de l’année pour l’ensemble des émissions en euros.

FICC BNP

Source : BNP Paribas

A contrario, les professionnels des activités Equity et Prime Services semblent un peu mieux lotis avec des revenus en hausse de 4,5%, tirés par la progression des dérivés d’actions et une légère hausse des activités de Prime Services. Quant aux revenus de Securities Services, ils ont progressé 5,6% par rapport au troisième trimestre 2017.

Enfin, la division Corporate Banking a limité la casse avec des revenus en repli de "seulement" 1,9% par rapport au troisième trimestre 2017, grâce notamment à la bonne tenue des crédits syndiqués où la banque confirme ses positions de leader (n°1 dans la zone EMEA) et le bon développement des activités de transaction (cash management, trade finance). Vous savez donc où postuler (ou pas) chez BNP Paribas CIB en ce moment...

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

Credit photo : natasaadzic / gettyimages

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...