Pas obligé de venir d'une prestigieuse banque U.S. pour être recruté dans une BFI française...

eFC logo
USA

Pas forcément besoin de venir d'une banque américaine...

Vous voulez rejoindre une grande banque de financement et d'investissement française ? Certes le fait de venir d'une grande banque de Wall Street comme Goldman Sachs, Morgan Stanley ou Citigroup pour ne citer qu'elles peut faire la différence. D'autant plus que les banques américaines confirment leur puissance au vu de la publication de leurs derniers résultats trimestriels.

Les étudiants et jeunes diplômés français ayant effectué un summer internship dans une grande banque américaine à Paris ou à Londres en savent quelque chose et nombre d'entre eux, à défaut de décrocher une offre ferme d'emploi dans une grande banque U.S., n'hésitent pas à proposer leurs services aux BFI françaises.

Cependant, pour les recrutements de banquiers seniors, la simple évocation d'une banque Tier One sur son CV ne suffit pas pour décrocher le poste. « Les banques préféreront toujours recruter un candidat doté d'une solide expérience plutôt que sur la simple mention d'un nom prestigieux sur un CV », relève un recruteur en finance actif sur la place parisienne. Deux recrutements qui viennent d'être annoncés par SGCIB illustrent parfaitement cette situation...

D'une BFI française à l'autre...

Les grandes BFI françaises peuvent bien sûr être tentées d'aller débaucher des talents directement chez leurs concurrentes. SGCIB a récemment annoncé le recrutement de Cyril Paolantoni comme co-responsable corporate finance du secteur des Biens de Consommation, Distribution et Luxe. Ce diplômé d’HEC Paris où il a exercé comme professeur en corporate finance de 2007 à 2017, a travaillé pendant plus de 18 ans au sein des équipes investment banking de Crédit Agricole CIB où il était, depuis 2008, responsable du secteur « Consumer Goods and Business Services ».

Cyril Paolantoni a rejoint Crédit Agricole Indosuez en 2000 au sein de l’équipe d’exécution M&A. En 2003, il a évolué au sein de l’équipe « Industrial & Services » avant de rejoindre en 2006 l’équipe « Consumer » où il a notamment conseillé la plupart des grands groupes mondiaux de l’équipement de la maison. En plus de sa responsabilité sectorielle, il a été nommé responsable midcap M&A du groupe Crédit Agricole en 2015.

Et les boutiques ?

Les exemples d'embauches de profils issus de petites structures ne manquent pas. En même temps que le recrutement de Cyril Paolantoni à Paris, SGCIB a annoncé celui à Londres de Daniel Braun comme banquier sectoriel au sein de l’équipe corporate finance Industries Diversifiées. Cette nouvelle recrue arrive directement de la boutique de corporate finance Ondra Partners à Londres. Il convient cependant de relativiser car avant cela, Daniel Braun a travaillé 15 an chez... JP Morgan dont 4 ans dans l’équipe M&A allemande et 11 ans dans celle dédiée au secteur Industries Diversifiées à Londres.

Pourtant, il est possible de venir d'une petite structure sans être passé par une grande banque américaine. Pour preuve, BNP Paribas CIB a recruté mi-septembre Stéphane Benouaich comme managing director dans l'équipe dédiée aux transactions M&A sur le segment Midcaps. Ce diplômé de l'EM Lyon a été managing partner chez Oddo Corporate Finance jusqu'en 2016 et managing director au sein de la boutique de corporate finance DC Advisory.

Cela dit, le fait qu'il ait commencé sa carrière chez BNP Paribas dix ans auparavant a peut-être joué dans la décision de la banque de la rue d'Antin de le recruter à nouveau. Tout comme pour le recrutement par SocGen de Cyril Paolantoni qui a débuté sa carrière au sein des équipes coverage de la banque au logo rouge et noir. Moralité : si vous venez d'une boutique, mieux vaut quand même avoir derrière vous un background en banque d'investissement (française ou américaine).

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

Credit photo : dorian2013 / gettyimages

A lire aussi…

Close
Loading...