Banque & IT : les jobs qui paieront le mieux les jeunes diplômés en 2019...

eFC logo
Excited african and caucasian employees dancing in office, celebrating victory

Le cabinet Walters People vient de dévoiler son étude annuelle de rémunération 2018-2019 centrée sur les jeunes diplômés sur la base de données issues d’entretiens auprès de 1.500 postulants de moins de 26 ans, de septembre 2017 à septembre 2018. Avec un marché de l’emploi retrouvant son dynamisme, l’environnement s’avère favorable aux personnes qui entrent sur le marché du travail.

« Les premiers candidats à bénéficier de ce souffle porteur sont ceux issus d’un Bac+4/5 qui voient leurs salaires médians augmenter de 5 à 10% selon les secteurs d’activité, finance en tête », rapporte Alain Mlanao, directeur général de Walters People France. « Profitant de la pénurie de candidats plus expérimentés, ils accèdent désormais à des opportunités de postes auparavant inaccessibles ».

L’enquête montre ainsi que 55% des jeunes diplômés ont trouvé leur premier emploi avant l’obtention de leur diplôme ou dans les trois mois suivants. Les entreprises font donc face aujourd’hui à des situations de volatilité des talents et celles-ci peinent souvent à retenir les candidats (88% des jeunes diplômés sont restés moins de trois ans dans leur premier poste).

Au top dans la banque : le compliance officer

Les banques de financement et d’investissement recherchent, elles, des profils au niveau d’études Bac+5 avec une spécialisation en finance, audit, compliance ou contrôle des risques. Sans surprise, les métiers liés aux risques et à la conformité continuent d’être très recherchés par les recruteurs, en raison d’un contexte toujours très présent de sécurisation et de responsabilisation des entreprises.

Le profil clé de Compliance Officer (augmentation sur 2019 prévue de 11%) est notamment très demandé au sein des banques de financement et d’investissement, pour répondre aux récentes réglementations anti-blanchiment et anti-terrorisme.

Sinon, concernant les rémunérations il n’y a pas d’évolution particulière à observer pour les profils juniors. « Les salaires restent stables peu importe le métier et ne connaîtront pas de variations significatives en 2019 », font remarquer les auteurs de l'étude.

Salaires dans l'IT en hausse de 5%

Malgré une forte concurrence, ce marché reste ouvert aux profils juniors. La pénurie de candidats dans le secteur de l’IT et du digital continue de participer à la hausse des salaires amorcée depuis un an sur les profils juniors (+5% d’augmentation en moyenne). Plusieurs postes tirent le marché vers le haut.

Sans surprise, il s’agit des métiers phares qui se développent autour des nouvelles technologies (digitalisation, cloud, développement .net et Java, etc.) : ingénieur étude et développement, consultant informatique ou chef de projet. Pour eux, la pénurie de candidats (par rapport au nombre d’offres à pourvoir) a activement participé à la hausse des salaires qui s’observe en 2018 sur les profils juniors.

« Cette hausse de la demande face à une pénurie de profils explique naturellement une hausse significative des salaires sur le secteur, où les profils en infra et en digital sont actuellement les plus recherchés », rappelle à ce sujet Alexis Aufauvre, responsable du pôle recrutement CDI et prestations externes IT chez Huxley. Une tendance qui devrait se confirmer en 2019 car les entreprises cherchent à renforcer leur attractivité vis-à-vis des meilleurs candidats.

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

Credit photo : fizkes / gettyimages

A lire aussi…

Close