Brexit : quand Francfort s'inquiète de l'importance croissante de Paris...

eFC logo
Composite image of suprised businessman looking through binoculars

Dans la perspective du Brexit, nombreuses sont les sociétés financières qui déplacent des emplois de Londres vers le continent européen. Toutefois, l’Allemagne est confrontée à des revers dans la course à ces emplois, selon une enquête de Bloomberg auprès de représentants de l’industrie financière à Francfort.

Surtout, Paris a récemment émergé comme l'un des principaux concurrents de la capitale économique allemande. Ce qui pourrait être un inconvénient pour Francfort, notamment en termes de retombées financières, de l'aveu d'Hubertus Väth, directeur général du groupe de pression Frankfurt Main Finance (FMF), cité cet été dans les colonnes du Handelsblatt.

Et de parler de « grave revers » concernant par exemple le déménagement de l’Autorité bancaire européenne (EBA) de Londres vers Paris. Et ce n'est sans doute là qu'un début : l’organisme de promotion de la place financière parisienne Paris Europlace estime que 10.000 emplois seront transférés de Londres à Paris et que 30.000 emplois supplémentaires pourraient être créés en conséquence indirecte.

Francfort n'a pas dit son dernier mot

Mais les observateurs sont toujours optimistes quant au fait que Francfort puisse également profiter du Brexit. Hubertus Väth prévoit ainsi que sur une période de cinq ans, 10. 000 emplois seront créés dans la région de Francfort. La prévision de la Landesbank Hessen-Thüringen (Helaba) est similaire. Elle prévoit au moins 8.000 nouveaux emplois sur une période de plusieurs années.

Les chiffres d’Oliver Wagner, directeur général de l’Association des banques étrangères en Allemagne, sont légèrement inférieurs. Il estime qu'au cours des deux prochaines années, 20 sociétés financières apporteront une partie de leurs activités à Francfort. Ensemble, elles relogeraient entre 3.000 et 5.000 nouveaux emplois, soit une moyenne de 150 à 200 par institution financière.

Comme en témoignent une douzaine d'annonces postées par Barclays sur son site carrière, Francfort attire des emplois dans le trading qui n'est pourtant pas son domaine de prédilection.

L'un des domaines où Francfort entend tirer son épingle du jeu est la compensation. Eurex Clearing, la chambre de compensation de la Bourse de Francfort, souhaite ainsi rivaliser avec la chambre britannique LCH qui domine actuellement très largement le marché. D'ores et déjà, Deutsche Bank effectue désormais la moitié de sa compensation de dérivés en euro depuis Francfort.

Mais ce transfert ne s'est pas traduit par des emplois, en tout cas pour l'instant. « C'est toujours la même personne basée à Londres qui réalise la compensation de la transaction. Nous avons juste recours à une autre chambre de compensation », a ainsi déclaré au Financial Times Stefan Hoopsle, responsable de la trésorerie et des clients institutionnels de Deutsche Bank. Comme quoi transfert ne rime pas toujours avec création d'emplois.

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

Credit photo : Wavebreakmedia Ltd / gettyimages

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close