Le nouveau profil bancaire au top à Londres : quiconque est prêt à faire ses valises...

eFC logo
Brexit move to Europe

Partir est un mot qui commence à trotter dans la tête des financiers à Londres. Alors que le mois de mars 2019 approche à grand pas et que le flou règne toujours quant à un éventuel accord sur le Brexit ou sur la prolongation de la période de transition, les banques commencent à revoir leurs plans de toute urgence. Certains employés londoniens déménagent en Europe cet été. D'autres suivront.

« Les banques commencent à discuter avec les gens sur leurs desks de trading , car elles cherchent à savoir qui pourrait être ouvert à un mouvement européen en cas de besoin », rapporte Christian Robbins chez Tradestone Search. « Il est encore tôt, mais les gens sont invités à signaler leur envie d'aller à Paris ou à Francfort ».

Dans certaines banques, les petits mouvements ont déjà commencé. Goldman Sachs a ainsi annoncé son intention de transférer des « dizaines » d'employés à Paris dans les deux prochains mois. Après avoir annoncé fin juin que ses activités mondiale de vente FICC allaient être transférées vers la capitale française, Bank of America devrait commencer à y envoyer bientôt des vendeurs fixed income.

Les transferts internes restent néanmoins compliqués. Le différentiel salarial entre Londres et l'Europe fait que les banques américaines sont souvent désireuses de développer leurs nouvelles équipes européennes en recrutant sur les marchés locaux. Goldman Sachs, par exemple, a monté son équipe dérivés sur actions à Paris avec des gens comme Guillaume Paulhac, qui a rejoint le groupe en décembre dernier à Paris après avoir quitté Londres 12 mois plus tôt.

Cependant, les banques sont conscientes que les talents en front-office dans la vente et le trading en Europe continentale seront difficiles à trouver. D'où les mouvements internes. Et donc une cartographie précoce des employés des banques concurrentes qui pourraient être prêts à migrer de Londres pour la bonne cause.

« Nous avons déjà été sollicités pour trouver de bons vendeurs à Londres qui seraient intéressés à déménager en Europe », explique Kumaran Surenthirathas chez Rosehill Search. « La plupart des banques étudient d'abord les mouvements internes, mais si le personnel actuel ne veut pas partir, nous serons sollicités pour chercher des remplaçants au cas par cas ».

Le résultat est que quiconque à Londres exprimant une volonté d'émigrer en Europe continentale pourrait bientôt se trouver dans les petits papiers de son employeur actuel mais aussi de ceux des banques concurrentes. « Si vous êtes prêt à déménager, vous serez très demandé », poursuit Kumaran Surenthirathas.

Le fait que tout le monde ne veuille pas bouger, y compris ceux ayant la nationalité française ou allemande, aide beaucoup. « Ma préférence est de rester à Londres », explique un trader actions allemand, s'exprimant sous couvert d'anonymat. Un trader obligataire allemand note que le déplacement à Francfort a toujours constitué un risque professionnel : « Les gars les plus seniors ont toujours été basés à Londres, et cela a rendu difficile le fait de partir en Allemagne ».

Mais au fur et à mesure que l'on se rapproche du Brexit, cela pourrait changer. Déjà, il y a des signes selon lesquels des banques comme Goldman Sachs offrent plus de responsabilités aux banquiers londoniens déménageant à Francfort pour monter des équipes basées en Allemagne. La pénurie historique des managing directors des banques américaines dans les places financières européennes pourrait être avantageuse pour les premiers arrivants : elles pourraient promouvoir rapidement les manques au sommet des hiérarchies locales.

Un chasseur de têtes londonien prédit que les postes à responsabilité deviendront un moyen de mieux payer les nouveaux arrivants en provenance de Londres par rapport aux employés déjà sur place : « Vous ne pouvez pas avoir un vendeur local à Paris gagnant un fixe de 120k € et ensuite quelqu'un de Londres à 180k€ sans donner à la personne de Londres un plus grand rôle pour justifier l'écart ».

La volonté de déménager à Paris, Francfort ou Dublin pourrait donc devenir un moyen d'obtenir un meilleur job, des responsabilités plus larges, des perspectives de promotion plus fortes et au moins un salaire équivalent. Avec les vacances scolaires d'été à Londres qui ont débuté, les banquiers londoniens à charge de famille ont de bonnes raisons de déménager rapidement. Cependant, leurs enfants pourraient être moins enthousiastes : les vacances scolaires à Francfort ont commencé à la fin du mois de juin et la rentrée est prévue pour.... le 15 août.

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Close