Le match entre banques françaises et américaines pour les M&A en France

eFC logo
American and French flags in the sky

Début juillet est la période de publication des fameuses league tables qui classent les banques conseils qui sont intervenues dans des opérations de fusions acquisitions au premier semestre. Ce qui a le mérite de voir d’un coup d’œil quelles sont les banques qui ont été les plus actives sur les six premiers mois de l'année et sont donc susceptibles d’étoffer leurs équipes (analyse, origination, exécution).

Force est de constater qu'en France le marché des M&A a plutôt été dynamique et que les banques d'affaires françaises comme américaines se livrent à une concurrence acharnée. Dans les faits, cela se traduit par des débauchages de banquiers vedettes afin de consolider les franchises M&A. Goldman Sachs a ainsi récemment recruté Anne Bizien, en charge de près d'une vingtaine de comptes du CAC 40 chez JP Morgan, pour en faire sa co-responsable des fusions-acquisitions à Paris d'ici fin août.

Le mois dernier, Bank of America Merrill Lynch a annoncé le recrutement de Bernard Mourad (ex-Morgan Stanley)pour diriger en septembre son activité de BFI nouvellement créée pour la France. De son côté, HSBC France a recruté Hubert Preschez (ex-SGCIB) comme managing director sa BFI (hors activités de marchés). Enfin,, Cyrille Perard, co-responsable des fusions et acquisitions chez Goldman Sachs pour la France, sera quant à lui chargé de développer l'activité M&A de Perella Weinberg.

L'hégémonie américaine

Les banques américaines occupent les premières places des différents classements. C'est JP Morgan qui s'impose sur le marché français, devant Lazard et Morgan Stanley et Rothschild. Il faut dire que la banque américaine a réalisé sur la période plus de 46 milliards de dollars de transactions, soit près de la moitié des volumes en France et plus que tous les deals qu'elle a conseillés en 2017. Résultat : dans le classement de Thomson Reuters, elle passe ainsi de la 14ème... à la 1ère place !

Excepté Lazard et Rothschild, les banques françaises sont distancées par leurs concurrentes américaines. Pour preuve, BNP Paribas et Credit Agricole arrivent respectivement à la 8ème et 9ème place du classement Thomson Reuters, toutes deux en recul par rapport à l'année précédente. Un constat qui vaut également pour le classement réalisé par Dealogic. SGCIB, classée 5ème l'an dernier, est quant à elle sortie du Top10.

Le renforcement des franchises M&A de Goldman Sachs et Bank of America laisse présager qu'elles pourraient faire leur apparition dans le prochain top10. Dans ce contexte tendu, les banques françaises n'auront d'autre choix que de renforcer elles aussi leur practice M&A, comme elles l'avaient fait début 2017 alors qu'elles étaient mal classées dans les league tables. De nouveaux recrutements sont donc à prévoir...

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

Credit photo : Delpixart / gettyimages

A lire aussi…

Close