Bank of America et Credit Suisse en pincent pour les traders "old-school"

eFC logo
Rooftop Businessman With a Retro Mobile Phone

Depuis plusieurs années, le trading actions fait penser à des scènes dystopiques dignes de Terminator, avec des êtres traders humains relégués au second plan dans des postes de plus en plus précaires, tâchant de se protéger des systèmes algorithmiques et haute fréquence qui ont pris le contrôle de leur quotidien. C'était sans compter sur la résistance des humains.

Certes, le patron de Credit Suisse Tidjane Thiam n'est pas l'émissaire d'un groupe de résistants traders cash actions désireux de changer le cours de l'histoire, mais il est significatif qu'une banque qui était historiquement à l'avant-garde du trading algo discute ouvertement de l'importance de ses activités high touch et block-trading ainsi des top managing directors qu'elle a recrutés pour les piloter. Dans le même temps, JP Morgan a embauché le mois dernier un trader senior et un sales trader en Europe, tandis que Bank of America a recruté David Kim en tant que responsable (humain) du flow trading

Dans le cas du Credit Suisse, la nouvelle stratégie semble être pilotée par Mike Stewart, responsable mondial du trading actions, qui a quitté l'été dernier UBS pour venir remplacer Tim O'Hara à la suite de pertes importantes de parts de marché, en partie causées par des erreurs de trading algorithmique.Preuve que la part de marché du cash actions n'est tout simplement pas aussi importante qu'on l'imagine, compte tenu des spreads extrêmement faibles.

Les banques cherchent donc à faire des bénéfices dans les activités de block-trading, et cela repose beaucoup plus sur une affaire de personnes. Les algorithmes avec des flux de données haute fréquence peuvent être riches d'enseignements sur ce que l'on peut déduire de l'offre et de la demande, mais il est beaucoup plus difficile d'avoir une idée de ce que pourrait être le prix de compensation du marché pour les blocs de titres.

Car cela requiert de connaître les positions des investisseurs uniquement à partir d'une relation de confiance-conseil relativement intime; le block trading est le point de rencontre ventes et du trading avec les marchés de capitaux et le conseil. Et le high touch sales trading est juste du block trading avec des blocks plus petits. Son objectif n'est pas tant de faciliter les transactions que le client veut faire que de proposer des transactions que le client ne savait pas qu'il voulait faire avant que quelqu'un ne transmette des informations sur un autre acheteur ou vendeur potentiel. Pour le moment, tout ceci est assez difficile à automatiser, et pour le bon type d'investisseur, c'est extrêmement précieux.

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Close
Loading...