Ces banques d'investissement qui recrutent des banquiers vétérans à Paris en anticipation du Brexit...

eFC logo
leadership success team business men banker

Dans la perspective du Brexit, plusieurs banques d'investissement américaines ont choisi de passer la vitesse supérieure et d'étoffer leurs bureaux parisiens, sans attendre la rentrée de septembre. C'est notamment le cas de Bank of America Merrill Lynch qui, selon Reuters, a annoncé vendredi le recrutement de Bernard Mourad pour diriger en septembre son activité de banque de financement et d'investissement nouvellement créée pour la France.

Après avoir été banquier chez Morgan Stanley jusqu'en janvier 2015 avant d'être nommé directeur d'Altice Médias puis devenir en 2016 conseiller spécial d'Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle, Bernard Mourad, 43 ans, devrait permettre à la banque américaine de reconquérir des parts de marché dans le conseil en fusions et acquisitions en France, sachant qu'elle est tombée de la quatrième à la douzième place du classement des banques d'affaires dans l'Hexagone l'an dernier.

D'ores et déjà, le géant de Wall Street qui a prévu de relocaliser à Paris plusieurs centaines de salariés a signé un bail pour plus de 10.000 m² de bureaux rue La Boétie dans d'anciens locaux de la Poste entièrement rénovés. Les transferts porteront dans un premier temps sur environ 400 postes dans les équipes de marchés, de trading, de ventes et d'actifs obligataires, début 2019.

Du géant de Wall Street... à la boutique M&A

Autre recrutement notoire, celui de Cyrille Perard, qui jusqu'à présent était co-responsable des fusions et acquisitions chez Goldman Sachs pour la France, la Belgique et le Luxembourg, et qui vient de rejoindre comme managing director la banque d'affaires Perella Weinberg dont la filiale française ouvrira fin août à Paris afin que la banque puisse continuer à exercer son métier dans l'UE après le Brexit.

Tout comme Bernard Mourad chez BoA, Cyrille Perard sera lui aussi chargé de développer l'activité M&A de Perella Weinberg qui, au cours de ces cinq dernières années, a conseillé plus de 80 milliards de dollars de transactions dans l'Hexagone sans même y être implantée directement. Ce qui la place au troisième rang des boutiques de fusions-acquisitions en France, derrière Rothschild (340 milliards) et Lazard (280 milliards), selon le classement Thomson Reuters.

A noter que Perella Weinberg semble particulièrement apprécier les banquiers d'affaires français puisqu'une vingtaine d'entre eux officient déjà dans l'équipe londonienne. Et sans surprise, c'est à un Français, David Azéma, ex-banquier de Bank of America Merrill Lynch et ancien commissaire aux participations de l'Etat, que la banque d'affaires a confié les rênes de son développement en France en mars 2017.

D'autres recrutements à venir...

Nul besoin d'être devin pour savoir que d'autres recrutements auront lieu dans les semaines et les mois qui viennent afin de renforcer les filiales françaises des grandes banques d'investissement. Les annonces pourraient venir de Morgan Stanley, qui emploie actuellement 120 banquiers à Paris et envisage de créer ou transférer 80 postes supplémentaires dans le sillage du Brexit.

Autre banque d'investissement américaine à suivre de près : Goldman Sachs qui est sur le point de transférer avant la fin de l'été plusieurs dizaines de banquiers londoniens afin de renforcer son bureau parisien. Profils recherchés ? Des banquiers chevronnés ayant l’habitude de travailler avec des clients à travers la France, la Belgique et le Luxembourg. Qu'attendez-vous pour postuler ?

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

Crédit photo : golubovy / gettyimages

A lire aussi…

Close