Eurocrise 2.0 : la menace qui plane sur votre job bancaire

eFC logo
Italian crisis banking jobs

Après près d'un an de stabilité relative dans la zone euro, le chaos a fait son retour après la publication de l'accord de coalition entre le Mouvement 5 Étoiles (M5S) et la Lega, suivi d'une crise constitutionnelle alors que le président Mattarella refusait de permettre aux deux parties de nommer comme ministre des finances un professeur de 81 ans au passé eurosceptique. Le rendement des obligations italiennes a fortement augmenté et les cours des actions bancaires ont dévissé, tandis que la Commission européenne et l'Eurogroupe multiplient les déclarations hostiles. Ce n'est pas exactement la même chose que la crise grecque, mais quiconque se souvient de 2015 peut avoir l'impression d'un sentiment de déjà vu. Alors qu'est-ce que cela signifie pour le secteur bancaire ?

Toutes les transactions sont en berne. Commençons par une bonne nouvelle : si vous craigniez que votre job ne soit compromis par une fusion cette année, vous devriez probablement vous inquiéter un peu moins. Il est vrai que les CEO des banques européennes ont tous le sentiment que la consolidation est à la fois inévitable et souhaitable, et semblent avoir le soutien plus ou moins explicite des régulateurs pour devenir plus gros et plus efficaces et créer un système financier continental qui n'aura pas beaucoup de difficultés locales. À long terme, la logique tient la route. Mais à court terme, le climat d'incertitude politique et macro-économique risque de monopoliser toutes les intelligences au détriment de la recherche de cibles ou d'acquéreurs pour fusionner. Et dans un environnement où personne n'est vraiment certain de l'exposition d'autrui à des actifs tangibles qui pourraient subitement ne plus l'être, même les banques s'étant approchées prudemment entre elles pourraient être tentées de patienter un peu.

Vraiment toutes les transactions. La mauvaise nouvelle, c'est que le deal flow sur les marchés de capitaux, qui venait tout juste de sortir la tête de l'eau, risque d'être de nouveau assombri par l'incertitude associée à une crise souveraine. Les entreprises emprunteuses hésiteront à émettre de la dette à des spreads plus élevés et les investisseurs attentistes se tourneront vers un petit nombre de paradis fiscaux. L'émission d'actions est fortement et négativement corrélée avec la volatilité du marché, et comme pour CoCo, AT1 et autres instruments innovants de capital dans les banques, l'expérience historique est que nous pouvons les oublier jusqu'à ce que la crise soit résolue.

Il y aura des appels de marge, et des fonds qui imploseront. Des épisodes tels que l'eurocrise ont tendance à être associés à certains investisseurs macro. Si certains fonds résistent, d'autres explosent carrément. Ils ont également tendance à attirer beaucoup de «touristes» venus d'autres disciplines d'investissement, attirés par la perception d'une opportunité de faire de l'argent sur les problèmes des autres. La leçon claire de la dernière eurocrise est de surveiller votre influence et votre taille. Le chemin de la politique de l'Euroland n'est presque jamais linéaire, et il est assez courant que même une transaction fondamentalement correcte finisse par être clôturée à perte parce qu'elle va trop loin dans la mauvaise direction (rappelez-vous les lancements de fonds “Greece Opportunities”). Il y a aussi beaucoup moins de liquidités que jadis, et les gestionnaires de risque de contrepartie peuvent être encore plus satisfaits de leurs appels de marge.

Fondamentalement, il semble que l'année sur les marchés soit pire que nous ne le pensions il y a quelques semaines. Un jour, la crise sera terminée et l'Euroland aura peut-être un ensemble plus fonctionnel d'institutions économiques - il pourrait même progresser vers une véritable Union bancaire continentale. Reste à souhaiter que la route pour y parvenir ne soit pas trop semée d'embûches.

Dan Davies est senior research advisor chez Frontline Analysts et ancien analyst bancaire chez Cazenove, Credit Suisse et BNP Paribas.

A lire aussi…

Close