☰ Menu eFinancialCareers

Perspectives 2008 : les secteurs en recul

Élaborer des prévisions n’a jamais été aussi ardu. L’attentisme et l’incertitude dominent pour 2008. Les recruteurs affichent un optimisme mesuré.

Pour ces professionnels, l’année 2008 sera probablement moins réjouissante que l’an dernier.

Recherche quantitative : vedettes du début de l’année 2007, les quants ont pris une douche froide avec la crise des subprimes. Leurs modèles mathématiques n’ayant pas su anticiper l’effondrement du marché des crédits hypothécaires américains. Depuis octobre dernier, toutes les créations de postes ont été gelées. Certes il n’y a pas eu de suppression d’emplois en France, mais l’attentisme est de mise. Rien ne bougera début 2008, au moins jusqu’en avril, en particulier pour tous ceux qui travaillent sur les dérivés de crédits et les produits structurés , analyse Johan Brucale, directeur de la division Financial Services de Michael Page. Éventuelle voie de rédemption pour ces analystes quantitatifs ? La gestion des risques mais à condition toutefois d’accepter une sérieuse dépréciation salariale, y compris un bonus largement rogné.

Agence de notation : elles sont dans la ligne de mire des banques. Depuis le déclenchement de la crise des subprimes, la confiance s’est nettement érodée après des décrochages soudains dans certaines notations. Il serait étonnant que les agences de notation ne soient pas “punies” d’une manière ou d’une autre par celles qui payent très cher leurs services, raisonne Thierry Mageux, directeur régional de Robert Half Banque & Assurance. Les banques pourraient vouloir internaliser ou limiter leur dépendance vis-à-vis des agences. Après avoir pas mal recruté ces dernières années pour couvrir des classes d’actifs de plus en plus nombreuses, 2008 pourrait marquer un temps de jeûne et d’introspection pour les agences de rating… Moody’s prévoit déjà pour 2008 des réductions d’effectifs, surtout aux États-Unis, après des résultats décevants dans l’activité finance structurée. Enfin, le code de bonne conduite des agences pourrait être amendé, à l’issue du rapport que remettra l’Organisation internationale des commissions de valeurs (OICV) au printemps prochain.

Real Estate : la température du secteur, en ébullition depuis deux ans, pourrait redescendre d’un cran en 2008 en raison d’un marché immobilier peu porteur et d’un durcissement des conditions de crédit. L’épisode subprime provoque de l’inquiétude, qui suscite de l’attentisme , relève la récente étude du cabinet de chasseurs de têtes Hudson et du conseil en rémunération Towers Perrin. Pour Gilles Charf, responsable du département asset management immobilier du groupe de recrutement Hays : Le niveau de rémunération fixe tend à se stabiliser, celui-ci ayant atteint certaines limites. En outre, la partie variable ne devrait pas connaître la hausse exponentielle de 2006-2007. En revanche, côté embauche, rien d’alarmant selon lui, au contraire : Un certain nombre de créations de sociétés foncières ont été repoussées en cette fin d’année pour être reportées l’an prochain. L’investissement dans le tertiaire et le conseil en immobilier devraient rester dynamiques. La France demeure un marché attractif, notamment pour les investisseurs étrangers. Les fonctions compta-gestion et les professionnels dotés d’une seconde langue seront à l’honneur. Toutefois les profils juniors seront probablement moins demandés.

IT Finance de marchés : Les activités support, en particulier informatiques, pourraient faire l’objet d’externalisation croissante dès lors qu’elles ne participent pas directement à la “fabrication” des produits , pouvait-on lire dans la récente étude consacrée aux métiers de front-office de la BFI , publiée mi-décembre par l’Observatoire des métiers de la banque. Cette tendance de fond, qui profite aux SSII, se trouve aujourd’hui contrariée par la crise financière. Pour Jérôme Bonnard, PDG du cabinet de recrutement spécialisé RCBF, toutes les banques ont levé le pied et font des coupes sombres dans les budgets accordés aux prestataires. Les périodes d’inter-contrats pour les consultants réapparaissent . Du côté des SSII, l’attentisme est donc de rigueur. Nous avons moins d’appels d’offres dans le secteur de la BFI. Les budgets sont scrutés, les coûts regardés à la loupe et réduits au minimum. La mobilité interne prime sur le recours aux prestataires. Les banques se concentrent sur l’essentiel : l’implémentation de la gestion du risque dans les process et les systèmes , témoigne Bruno Sahok, directeur de mission Banque Finance chez CTF et président du Club des Jeunes Financiers. Ainsi, le responsable de la sécurité des systèmes d’information (RSSI) devrait tirer son épingle du jeu. Reste que les projets au long cours doivent être menés et beaucoup de profils font encore défaut sur le marché (ingénieurs études développement dotés d’une connaissance métier, consultants progiciels, consultants en organisation…).

Analyse sell-side : des marchés boursiers chahutés, des investisseurs prudents et des banques qui misent sur plus de rationalité… Ce tableau ne joue pas en faveur des analystes sell-side. Ces professionnels, “consommateurs de risque”, pourraient être pénalisés en 2008 car ils représentent un coût élevé pour les banques, qui font tout leur possible pour présenter un bilan “propre”. Par conséquent, on peut s’attendre à un ralentissement des embauches pour cette branche, notamment sur le segment des mid caps, qui ne présente pas aujourd’hui un ratio coût/rendement satisfaisant , analyse Antoine Morgaut, directeur de la zone Euro du cabinet de recrutement Robert Walters. De son côté, Thierry Mageux, directeur régional de Robert Half Banque & Assurance, anticipe, pour les mêmes raisons, un tassement des salaires, qui ont pas mal progressé ces dernières années et qui devraient se stabiliser en 2008, y compris dans les sociétés de Bourse . Enfin, peut-être faut-il rappeler que les analystes crédit ne seront probablement pas en odeur de sainteté auprès des recruteurs pendant encore quelque temps…

N’hésitez pas à commenter l’article. Vos contributions et autres amendements à cet essai de classement sont les bienvenus !

commentaires (2)

Comments
  1. Haro sur les quant aujourd’hui???…et dès lors que le coup de grisou sera derrière nous et que l’horizon sera de nouveau dégagé…on oubliera les limites de l’approche exclusivement quanti. pour se remettre de nouveau dans les mêmes ornières. Avouez que c’est un peu facile…les idolâtres repoussant leurs idôles sans se remettre en question eux-mêmes ET demain ne sont-ce pas les mêmes qui feront assaut de séduction auprès de ceux qu’ils ont rejetés sans discernement et sans tirer les leçons d’une approche manquant de transversalité et multi-disciplinarité!!!!

  2. Et Le secteur de Financement de Projet avec les PPP, comment vont-ils evoluer en 2008 ?

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici