Cette banquière d'affaires qui a mis à profit sa double culture pour passer de la banque à la fintech...

eFC logo
annie-guo-silkpay

Annie Guo a passé la moitié de sa vie en Chine et l’autre en Europe

Et si vous mettiez à profit votre double culture pour passer de la banque à la fintech ? C'est exactement ce qu'a fait Annie Guo. D’origine chinoise, cette diplômée de HEC (promotion 2004), titulaire d'un MBA de l’Université de Caroline du Nord aux États-Unis, a effectué la première partie de sa carrière professionnelle dans la banque où elle a travaillé en tant que vice-présidente Conseil M&A et Banque d'Investissement chez JPMorgan et HSBC à Londres et à Hong Kong.

Après 8 ans de bons et loyaux services dans le secteur bancaire, Annie Guo décide de revenir en France en 2014 pour se lancer dans l’entrepreneuriat. Avec une idée en tête : importer en France le moyen de paiement préféré des Chinois, à savoir Alipay, l'application de paiement mobile développée par géant du e-commerce chinois Alibaba

« Quand je suis retournée à Pékin, j’ai eu la surprise de me sentir comme une étrangère : les chauffeurs de taxi refusaient mes espèces, tous voulaient que je paie avec mon téléphone mobile », raconte celle qui a « passé la moitié de sa vie en Chine et l’autre en Europe ». En juin 2016, elle contacte donc Alipay qui lui donne son feu vert sous réserve d'obtenir les agréments réglementaires.

De la théorie à la pratique...

Annie Guo met sur pied une équipe et lance Silkpay, une startup qui propose des solutions de paiement mobiles innovantes permettant aux retailers européens d'accepter les paiements via e-wallets. Sikpay leur fournit également des services de marketing digital dans le but de maximiser leur attractivité auprès de la clientèle chinoise.

Six mois après la création de la société, un premier commerçant français accepte d’être payé via Alipay grâce à la technologie développée par Silkpay. Depuis, la fintech a fait un bon bout de chemin. Avec des dizaines de millions d’euros de transactions traitées, Silkpay a déjà servi plus de 80.000 touristes chinois et a assisté plus de cent commerçants européens à accéder au marché des touristes chinois.

Levée de fonds et recrutements

Afin de soutenir sa croissance, Silkpay vient de réaliser une levée de fonds de 560.000 euros auprès de l’accélérateur 50 Partners (chez qui elle est incubée) et de business angels français. Ce financement lui permettra d’investir dans la R&D d’applications pour des fonctions plus avancées, mais aussi d’accélérer son expansion géographique.

Présente à Paris, Silkpay prévoit d’ouvrir de prochains bureaux à Lyon, à Bordeaux et sur la Côte Azur d’ici la fin du premier semestre 2018. Déjà présent en Espagne et en Italie, Silkpay accélèrera également son développement à l’international.

L'équipe qui compte aujourd'hui une quinzaine de personnes (dont les quatre fondateurs et des développeurs) est en mode recrutement. Ainsi, Silkpay recherche pour un poste en CDI un chargé de business développement avec un état d’esprit “can do”. Autrement dit mettre les mains dans le cambouis tout en assurant la croissance de la société. En deux mots, l'esprit fintech...

A lire aussi…

Close