Et si cette banque française était la plus sûre pour les emplois

eFC logo
Et si cette banque française était la plus sûre pour les emplois

Les analystes de JPMorgan avaient sans doute vu juste. Dans leurs prévisions publiées mi-avril, ils estimaient que les banques françaises seraient très largement pénalisées par la volatilité liée à la crise sanitaire. Après publication des résultats du premier trimestre, il s’avère que ces prédictions étaient fiables. A une exception près toutefois.

Des quatre plus grandes banques françaises – BNP Paribas, Société Générale, Natixis et Crédit Agricole, seule Crédit Agricole est parvenue à éviter de larges pertes en dérivés actions durant les trois premiers mois de l’année. Les autres sont très loin du compte : BNP Paribas a perdu 184 millions d’euros en futures sur dividendes, SocGen 200 millions, et Natixis 130 millions en dérivés actions liés aux dividendes. Seul Crédit Agricole en est sorti indemne.

Le revenu net de la banque de financement et d’investissement de Crédit Agricole a chuté comme les autres au dernier trimestre – avec une baisse proche de 14% ; un résultat tout de même supérieur de 12% aux attentes des analystes de JPMorgan, grâce aux revenus des marchés de capitaux. Par comparaison, la division global markets de BNP Paris a perdu 17 millions d’euros au premier trimestre, l’activité global banking and investor solutions de SocGen 537 millions et la banque de financement et d’investissement de Natixis 61 millions.

Si vous travaillez dans une banque française, Crédit Agricole apparaît donc comme la meilleure option. Alors que ses rivales nationales constatent les dégâts, Crédit Agricole a réduit le ratio coûts/revenus de sa banque de financement et d’investissement à 51,2% durant le premier trimestre, contre 56,6% pour la même période en 2019. L’activité se trouve donc en position assez confortable.

Ce n’est pas la première fois que Crédit Agricole tire son épingle du jeu. En décembre dernier, le Financial Times en faisait l’éloge pour ses résultats relativement solides en 2019. A l’époque, Jacques Ripoll, directeur général de Crédit Agricole CIB, attribuait le succès de la banque à la décision de cesser ou réduire certaines de ses activités de marché à risque plusieurs années auparavant.

Il y a pourtant une bonne nouvelle : il est peu probable que les pertes du premier trimestre se répètent sur les trois trimestres à venir – les analystes de JPMorgan notent en effet que les prévisions de dividendes ont déjà été rebasées et Natixis a par ailleurs laissé entendre que ses pertes de 130 millions d’euros pourraient être « partiellement rattrapées » sur la durée.

Quand bien même, certains indices laissent à penser que les pertes de début d’année pourraient encourager les autres banques françaises à s’inspirer de Crédit Agricole pour se désengager des activités à risque. SocGen, par exemple, a déclaré vouloir « accélérer la transition vers des produits plus simples » à partir de septembre, et se retirera probablement de certaines activités de trading de produits structurés.

Natixis, en particulier, a un lourd passif en matière d’accidents de marché, après avoir perdu 296 millions de dollars sur la couverture de dérivés actions en Asie fin 2018. A l’époque, on s’attendait à la voir réduire drastiquement son activité de trading dérivés. En vain, à moins que les choses ne changent.

Si les grandes banques françaises se mettent à réduire les coûts, les recruteurs ne sont guère optimistes. « Certains courtiers poursuivent leur recrutement, mais ce n’est pas la tendance, » indique Valli Colli, chasseuse de tête pour les métiers Actions chez Vendôme Associés. Florian Genet, du cabinet Florian & Sacha Associates à Paris, ajoute que comme à Londres, le recrutement en banque avance à une allure d’escargot : « les process de recrutement sont ralentis, mais certaines embauches ont tout de même été finalisées au cours des derniers mois ». Malgré la levée progressive du confinement, Florian Genet estime que 75% des employés de front-office en France restent encore aujourd’hui en télétravail.

Crédit photo : Louis-Etienne Foy sur Unsplash

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available. Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...