Un établissement financier fier de son anticipation du télétravail

eFC logo
Un établissement financier fier de son anticipation du télétravail

En à peine deux petites semaines, tout a changé. En janvier, un bon employeur dans le monde de la finance se devait de proposer de super salles de sport et des cours utiles au plus grand nombre à l’heure du déjeuner. Deux mois plus tard, la légèreté n’est plus à l’ordre du jour. Les meilleurs employeurs sont ceux qui peuvent se permettre de faire travailler de nombreux employés depuis leur domicile ; des vies sont peut-être en jeu.

Rien d’étonnant, dans le contexte du coronavirus, à ce que les entreprises bien armées pour laisser leurs employés travailler en home office se félicitent de leur niveau de préparation. Peter Harrison, directeur général de Schroders, s’exprimait en début de semaine sur la capacité d’anticipation du groupe, il y a quatre ans déjà, pour préparer la majorité de ses employés au télétravail.

« Nous nous sommes penchés sur la question dès mon arrivée à la direction générale de Schroders en 2016, » a-t-il rappelé. « L’équipe de direction avait identifié, à l’époque, que pour établir une véritable collaboration cross-business et une vraie résilience, la solution passerait par la technologie. L’objectif était la flexibilité du travail sans entrave. »

Pour Peter Harrison, permettre aux employés de travailler depuis leur domicile demande des années de préparation – rien qui puisse être mis en œuvre du jour au lendemain : « nous avons d’abord mis en place un système permettant à chacun de travailler partout, depuis n’importe quel point du globe, à n’importe quelle heure, à partir d’un simple identifiant de connexion. Nos collaborateurs ont un accès complet aux systèmes qu’ils utilisent habituellement au bureau ; nos équipes client services parlent aux clients et nos gestionnaires de fonds peuvent effectuer des transactions. »

Le niveau de préparation de Schroders implique qu’à l’apparition du virus, d’abord en Asie puis dans le reste du monde, la structure de gestion d’actifs était opérationnelle. Elle a pris en considération ses 5 000 employés répartis sur 34 sites et les a réaffectés en deux équipes, destinées à fonctionner par rotation entre télétravail et présence au bureau – si ce n’est que depuis le début de la semaine, ses collaborateurs français et britanniques officient probablement de chez eux. Ce fut « simple », a déclaré fièrement Peter Harrison. « La transition s’est faite en douceur et en toute efficience. »

Au bout du compte, travailler de chez soi pour Schroders semble plutôt cool, et l’approche pourrait même constituer une stratégie d’avenir. « Les anciens process manuels ont été éliminés à l’arrivée d’Aladdin, un outil de gestion du risque et de portefeuille. Les outils de collaboration, les applications de messagerie et de discussion aident les traders à se coordonner avec les gestionnaires de fonds et les opérations, tandis Bloomberg IB Chat et Symphony permettent l’échange de messages sécurisés avec les courtiers et contreparties. La liste des nouvelles technologies ne cesse de s’allonger, et toutes sont disponibles pour nos équipes, » a poursuivi Peter Harrison avec enthousiasme.

A mesure que le virus progresse – et jusqu’à la guérison du plus grand nombre et à leur retour au bureau - lorsqu’ils ont auront retrouvé la confiance nécessaire pour réintégrer les locaux, l’option de travail en home office a de fortes chances de constituer LE facteur différenciant parmi les employeurs les plus recherchés. Quelques banques semblent déjà positionnées au niveau de Schroders. D’autres insistent toujours pour faire venir leurs employés au bureau dans la mesure du possible - Bank of America par exemple, encourage toujours ses équipes de compliance en Asie à tester leurs installations de télétravail, sans pour autant les obliger à travailler de chez eux. Dans un courriel diffusé la semaine dernière, Richard Yacenda, COO pour la région APAC, a répété que les bureaux restaient ouverts et que le télétravail après approbation d’un manager constituait une option. Mais plusieurs employés ont fait état de la difficulté à voir leurs demandes approuvées.

Crédit photo : Radek Grzybowski sur Unsplash

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available. Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...