Noel Quinn, l’espoir des banquiers les plus engagés d’HSBC

eFC logo
Noel Quinn, l’espoir des banquiers les plus engagés d’HSBC

J’ai longtemps travaillé chez HSBC. J’ai été MD dans la division Global Banking & Markets pendant huit ans, et je la connais bien. Je sais aussi parfaitement que c’est une banque qui a été particulièrement négligée par ses dirigeants pendant très, très longtemps.

Les banquiers d’investissement d’HSBC comptent parmi les plus gros bosseurs du marché. A vrai dire, ils n’ont pas vraiment eu le choix : c’est bien leur seul engagement sans faille dans le travail qui leur a permis de survivre aux années de sous-investissement de leurs cadres dirigeants. Certains se distinguent bien sûr par leur talent, mais la caractéristique la plus différenciante des employés d’HSBC tient bien dans leur extrême dévouement.

Mais que s’est-il donc passé ? J’y vois un échec de management historique. Samir Assaf, CEO sur le départ de la division Global Banking & Markets, est en partie responsable. Lorsque j’exerçai chez HSBC, il y régnait un réel manque de vision ou de fil stratégique cohérent, doublés d’un manque apparent de responsabilisation vis-à-vis des mauvais résultats. Stuart Gulliver, le CEO de l’époque, était certes inspirant, mais il peinait à faire appliquer au niveau intermédiaire les changements qu’il souhaitait mettre en place.

Je sais qu’il en va autrement ailleurs. Avant d’être sous la responsabilité de Samir, je travaillais chez Deutsche Bank et reportait à Anshu Jain. Difficile d’avoir un contraste aussi marqué. Quand Anshu mentionnait un point particulier dans une conversation téléphonique, il fallait s’y attaquer avant même qu’il n’ait raccroché. Rien de tout cela chez HSBC. Les gens travaillaient dur, mais uniquement pour ce qu’ils avaient l’habitude de faire.

Pour cette raison, il n’était pas toujours facile d’arriver chez HSBC avec une expérience antérieure. Matthew Westerman, ancien banquier de Goldman Sachs, n’a pas été le premier à le remarquer. Lors de mon deuxième entretien annuel, mon supérieur m’a dit : « je sais que vous êtes déterminé à bien faire les choses, mais il est plus important que tout se passe bien plutôt que d’avoir des résultats. » Jolie formule, mais pas dans la banque, où justement les résultats sont essentiels.

Noel Quinn semble bien résolu à faire bouger les choses, et les plus performants devraient apprécier. Le management intermédiaire s’est encroûté depuis bien trop longtemps et le changement ne peut pas faire de mal. Pour ceux prêts à jouer le jeu, et HSBC n’en manque pas, Quinn sera le bienvenu. Ils n’attendent que l’occasion de réussir sous la direction d’un solide leader.

Dario Sigona est le pseudonyme d’un ex-MD de HSBC à Londres

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available. Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...