Un ex-banquier de Goldman Sachs décrit un MD en voie de burnout…

eFC logo
Un ex-banquier de Goldman Sachs décrit un MD en voie de burnout…

A quoi reconnaît-on un début de burnout chez un managing director dans une banque d'investissement ? Andrew Stead, ancien directeur exécutif de Goldman Sachs et ex-responsable du trading obligations convertibles en Europe, ne l’a pas vécu lui-même, mais connaît quelqu’un à qui c’est arrivé.

Comme nous l'avons déjà signalé, Andrew Stead ne travaille plus dans le secteur bancaire. Il a quitté l'industrie après près de 10 ans en 2004 et est maintenant coach happiness. C'est dans ses nouvelles fonctions qu’il a rencontré un managing director (MD) dans un poste de vendeur qui était sur le point de s’effondrer.

Le MD en question avait la quarantaine, deux enfants, une "brillante carrière dans la banque" et une épouse de 15 ans de moins que lui, explique Andrew Stead sur son blog. Il était l’un des plus gros contributeurs de revenus de son bureau et avait quadruplé la taille de son activité depuis son arrivée à la banque. Mais tout n’allait pas bien.

Les coûts liés à son mode de vie obligeaient le MD à rester dans son poste - les frais de scolarité pointaient à l'horizon. Les voyages étaient incontournables : le MD travaillait sur trois continents. Et le stress et l'épuisement eurent raison de lui.

Le MD « était tellement aux prises avec le stress qu’il avait des crises d’anxiété, à la maison et au bureau », explique Andrew Stead. Il ne quittait plus la maison le week-end, mais restait « épuisé dans son lit » et « se levait à peine pour les repas ». De ce fait, le MD perdait tout contact avec ses enfants - et avec sa femme, frustrée et préoccupée par son isolement. Il était sur le point de divorcer.

Les choses n'allaient pas beaucoup mieux au bureau. Bien que le MD tienne à son travail, Andrew Stead explique qu'il oubliait parfois les rendez-vous, confondait les données des clients et explosait de colère contre son équipe. Il en était à sa troisième assistante personnelle en un an.

Que peut-on faire dans cette situation ? Andrew Stead préconise clairement l'intervention d'une personne comme lui, qui comprend l'industrie financière. Il nous a dit précédemment que les banques avaient tendance à attirer et à embaucher un certain type de personnalité - généralement des "super-performants sans filets de sécurité" qui sont "très capables et désireux de travailler de longues heures" et qui n'ont pas de bouton d'arrêt.

Dans le cas particulier du MD qu’il connaissait, Andrew Stead explique que la première étape consistait à "relâcher le stress intense" et à lui permettre de respirer à nouveau. Ils ont travaillé sur des "exercices mentaux" et sur des émotions pour libérer sa colère. Puis le MD a découvert le Tai Chi. « Une fois le calme rétabli, il a radicalement modifié ses relations professionnelles et personnelles et a commencé à se remettre sur les rails », relève Andrew Stead.

Le processus n'a pas été facile. Comme la plupart de ceux qui ont réussi, Andrew Stead dit que le MD n'était pas honnête avec lui-même quant à la gravité de sa situation. Il n'était pas non plus désireux de demander de l'aide, craignant que cela ne compromette non seulement sa carrière, mais également sa rémunération.

Andrew Stead nous a dit précédemment que s’éloigner de la rémunération en tant que mesure du bonheur est important si vous travaillez dans le secteur bancaire. « Le problème le plus évident dans la banque est que les gens deviennent obsédés par l'argent », explique-t-il. « Lorsque vous quittez l'université, gagner un salaire décent ne semble pas être une mauvaise chose. Mais cinq ou dix ans plus tard, cet argent devient la seule référence par laquelle vous évaluez votre vie ».

Photo by Kayle Kaupanger on Unsplash

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou bien un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...