« Les banques privilégient les développeurs loyaux plutôt que talentueux »

eFC logo
« Les banques privilégient les développeurs loyaux plutôt que talentueux »

Si vous êtes un étudiant en informatique et que vous envisagez de postuler à un job dans une banque, je voudrais partager mon expérience avec vous. J'ai passé toutes mes années à l’université à faire un stage dans l'une des grandes banques dont vous avez probablement entendu parler. Avant de me faire larguer sans raisons.

Aujourd’hui, pour décrocher un job technologique dans une banque, vous devez commencer à postuler pour un stage dès votre entrée à l'université. J'ai postulé dans cette banque la première année et obtenu un stage. J’ai été invité à revenir en deuxième année et à nouveau en troisième année. J'y ai donc été stagiaire trois ans de suite.

Ces stages répétés deviennent la norme si vous souhaitez un job bancaire après votre diplôme. Les banques veulent que les étudiants fassent preuve de loyauté. Par conséquent, vous devez accepter quand elles vous invitent à revenir - même si vous êtes tenté d’aller voir ce qui se passe ailleurs. Le problème est que si cela ne fonctionne pas, vous n’avez pas d’option de sauvegarde. Après trois ans passés à la banque, presque tous les participants de mon programme de stage ont reçu une offre, sauf moi.

Évidemment j'ai fait quelque chose qu’il ne fallait pas. Des mois plus tard, j'essaie encore de comprendre ce que c'était. Je pense que c’était lié au fait que j’arrivais en retard le matin. Mais bon, je ne suis pas arrivé si en retard que cela. Le reste de ma promo était là à 9h et moi à 9h30. C’était pour des raisons médicales comme je l’ai expliqué à mon supérieur hiérarchique. Pour me rattraper, je restais tard au bureau : tout le monde était parti à 17h mais j'étais presque toujours là jusqu'à 21h. J'ai sacrifié ma vie sociale tout l'été. Pour rien : je n'ai eu aucune reconnaissance.

Les personnes ayant décroché des jobs technologiques dans la banque où j’ai effectué mon stage étaient pour la plupart à la recherche d'une solution facile. Travailler dans la technologie bancaire n’est pas difficile. Il ne s’agit pas d’innover, mais de faire ce que l’on vous demande. Il y a tellement de restrictions et de bureaucratie que le rythme de travail est très lent.

Pour prendre un exemple technique, le npm artefactory, qui contient les packages Javascript et qui est généralement accessible au public, est complètement interne à la banque dans laquelle j’ai travaillé. Nous ne pouvions pas utiliser celui accessible au public pour des raisons de sécurité, ce qui rendait beaucoup plus difficile l’innovation.  Le processus d'obtention d'une release était également incroyablement hiérarchique, nécessitant l’autorisation du personnel senior. Pour cette raison, nous n’avons réalisé qu’une release par jour environ.

Je sais que ce n’est pas pareil ailleurs. Depuis, j’ai passé quelque temps à travailler dans de grandes entreprises technologiques qui publient des tonnes de releases chaque jour. Les banques constituent un environnement complètement différent. Bien sûr, elles diront que ce sont des entreprises de technologie. La banque pour laquelle je travaillais avait des hot desks, des chaises confortables et un dress code détendu, bref tout ce qu’elles pouvaient copier dans les entreprises technologiques.

En fin de compte, cependant, les banques restent des banques. Et elles veulent des codeurs loyaux et bons mais pas forcément excellents. Vous ne pouvez pas être trop novateur, mais elles vous récompenseront - et si elles vous apprécient, vous donneront un emploi à vie. Ce n’est pas pour moi et je suis content de m’en être rendu compte.

James Dyllick est un pseudonyme

Photo by Bianka Csenki on Unsplash

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou bien un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...