« Python a déjà remplacé Excel dans la banque »

eFC logo
« Python a déjà remplacé Excel dans la banque »

Jadis, si vous vouliez prouver votre capacité à être banquier ou trader débutant, vous deviez tout savoir sur la modélisation financière dans Excel. Plus maintenant étant donné qu’aujourd’hui, tout tourne autour de Python, en particulier dans la salle des marchés.

« Python a déjà remplacé Excel », a indiqué Matthew Hampson, deputy chief digital officer chez Nomura, lors de la Quant Conference à Londres vendredi dernier. « Vous pouvez désormais traverser la salle des marchés et voir des gens écrire du code Python (...) cela deviendra beaucoup plus courant dans les trois à quatre prochaines années ».

Python devenant de plus en plus prolifique, Matthew Hampson explique que malgré leur réputation de lenteur, les banques sont capables d’innover rapidement. « Le concept d'innovation rapide a toujours existé dans les services financiers, mais il a été créé à l'aide du tableur Excel. Nous disposons désormais d'un nouveau moyen de le faire : Python ».

Comme nous l'avions déjà indiqué, Matthew Hampson dirige la nouvelle équipe montante de stratégie e-trading de Nomura créée en mai 2019. Son objectif est d'augmenter de 15% les revenus de trading fixed income grâce à l'intégration de l'intelligence artificielle dans la plateforme de processus de marché systématique de la banque nippone.

Les observations de Matthew Hampson viennent apporter de l’eau au moulin de ceux qui pensent qu’Excel risque de disparaître du fait que les feuilles peuvent être importées dans Python où le calcul est beaucoup plus rapide.

 « Je peux exécuter un modèle Excel avec plusieurs centaines de formules imbriquées et un tableau de données comportant 50.000 lignes et 100 colonnes et une mise à jour prenant 15 minutes », a indiqué le mois dernier un contributeur de Wall Street Oasis. « Ou bien, je peux exécuter un modèle basé sur Python avec des milliers de points de corrélation imbriqués et une structure de données sous-jacente comprenant 10.000.000 de lignes et 1.000 attributs de données. Sans oublier de pouvoir écrire des scripts pour déduire des points de données manquants. Et tout cela peut être fait en une seconde ».

Matthew Hampson explique que le profil des personnes travaillant dans les salles de marché évolue en même temps que Python prend de l’importance. « La salle des marchés du futur aura toujours des humains, mais ces humains seront différents des personnes que vous avez aujourd'hui ». Les futurs traders auront des compétences hybrides couvrant la finance, la connaissance quantitative et la capacité d'automatiser les processus et d'extraire des données ». Les meilleurs traders actuels possèdent déjà « des compétences beaucoup plus universelles parmi lesquelles les données, la finance, le codage. Cela apporte une agilité qui n’existait pas il y a cinq ans ».

L’agence Bloomberg a annoncé la semaine dernière que JPMorgan armait les membres de l'équipe "Analytics, Automation & Optimization", composée de 180 membres, de licences de trading, au moment même où les quants se lancent dans le trading. Matthew Hampson serait probablement d’accord avec cela puisque dans son intervention, il a conclu que l’avenir serait axé sur l’innovation et sur la "suppression des frontières" entre les départements des grandes banques… grâce à Python.

Photo by Gary Chan on Unsplash

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou bien un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...