Pourquoi les financiers expatriés à Hong Kong ne veulent pas rentrer…

eFC logo
Pourquoi les financiers expatriés à Hong Kong ne veulent pas rentrer…

Les expatriés français de Hong Kong, dont le nombre est estimé à plus de 25.000 par le consulat général de France, s’apprêtent-ils à faire leurs valises ? Selon un récent sondage Facebook sur le moral de la communauté française sur place, nombreux sont ceux qui reconnaissent que les manifestations sont un facteur important de stress dans leur vie quotidienne.

Qu’en est-il des expatriés français dans le domaine de la finance arrivés en masse ces dernières années, dont certains pour créer leur société fintech à l’instar d’Aurélien Menant, ex-banquier d'affaires chez SGCIB et fondateur & CEO de Gatecoin, un échangeur de bitcoins basé à Hong Kong ? Les troubles civils en cours n’ont pas encore provoqué d’exode, bien que beaucoup envisagent de chercher un emploi à Singapour si la crise venait à s’aggraver.

En attendant, quelle que soit leur nationalité, les financiers expatriés avec lesquels nous nous sommes entretenus demeurent toutes et tous attachés à leur vie à Hong Kong, loin de l’image stéréotypée de mercenaires n’ayant pas d’attaches et ne se déplaçant que pour bénéficier de faibles taux d'imposition. Voici les raisons pour lesquelles ils tiennent à rester le plus longtemps possible…

Plus qu’un lieu de travail…

« Beaucoup d’entre nous sont ici depuis des décennies et ont leurs familles ici. C’est notre lieu de vie qui est touché par les troubles. La situation actuelle n’a rien à voir avec le Hong Kong tel que nous l’aimons tous », déclare un expatrié britannique de longue date, ajoutant que la plupart des expats souhaitaient que les deux parties au conflit travaillent plus étroitement pour trouver une solution pacifique.

D'autres font écho à ce propos, affirmant que si Hong Kong n'était qu'une place financière parmi d’autres et non un endroit où il fait bon vivre, il serait plus facile de partir. « Les affrontements entre la police et les manifestants ne sont rien en comparaison des nombreux avantages à vivre ici », explique un professionnel de la technologie bancaire venu d’Inde.

 Alors que Hong Kong est davantage connu pour ses paysages urbains (et qui restent à ce jour plus populaires que les images de manifestations de rue diffusées dans le monde entier), de nombreux expatriés passent leurs week-ends à profiter des collines, des plages et des sentiers de randonnée de l’arrière-pays sous-peuplé. « Le formidable accès à la nature et à la ville ici est incroyable », ajoute-t-il.

Loin des manifs…

De nombreux expats financiers ont les moyens de vivre dans des zones aisées telles que Discovery Bay et Repulse Bay, épargnées par les manifestations. Ils peuvent ainsi éviter les démonstrations du week-end en ne se rendant pas dans des zones critiques telles que Wan Chai et Causeway Bay. Bien que les expatriés reconnaissent que leur vie a été perturbée (certains travaillant désormais à domicile du fait de la fermeture du métro de plus en plus courante), ces inconvénients ne sont pas encore assez sérieux pour leur faire faire leurs valises.

« La plupart du temps, je ne sais même pas que les manifestations ont lieu à moins d'en avoir pris connaissance, en particulier dans les médias occidentaux pour qui cela est devenu une obsession », relève notre expatrié britannique, ajoutant qu'il n'essaie pas de minimiser le sérieux de la crise politique à Hong Kong.

Un autre expatrié, lui aussi britannique, dit qu'il quitterait certainement Hong Kong si la violence devenait difficile à éviter et que sa sécurité personnelle était menacée. « Mais ce n’est pas le cas pour le moment, tant que je ne m'approche pas des manifs et de la police. Je me sens toujours plus en sécurité dans la plupart des rues de Hong Kong qu'à Londres », ajoute-t-il. 

Un marché résilient

Autre raison, plus prosaïque, pour laquelle les expats financiers ne partent pas : la résilience relative du marché du travail dans les domaines bancaire et technologique. Certes, l’économie de Hong Kong est en train de sombrer dans la récession alors que les troubles qui sévissent depuis des semaines frappent des secteurs tels que le tourisme et le commerce de détail.

Cependant, les recruteurs que nous avons interrogés déclarent que le lancement imminent de banques virtuelles contribuera à créer des postes vacants dans le secteur financier. « Je suis dans la fintech et je ne vois pas encore d'impact direct des manifestations sur mon marché, mais mes amis qui dirigent des entreprises de produits alimentaires et de boissons souffrent », déclare un expatrié européen.

« Pour l’instant, les banquiers expatriés ne font que “discuter” de leur départ », note un banquier expatrié devenu chasseur de têtes. « Il n’y a pas encore beaucoup de mouvement, mais les gens explorent vraiment les options de remplacement », dit-il. « De nombreux expatriés envisagent au moins l’idée d’un plan B, mais ils n’ont pas encore bougé », ajoute Benjamin Quinlan, ex-banquier d’UBS désormais consultant à Hong Kong.

L’option Singapour 

Les expats avec lesquels nous nous sommes entretenus s’attendent à ce que Singapour soit la destination de choix si davantage d’expatriés décident de quitter Hong Kong à l’avenir. La plupart d’entre eux ont construit leur carrière en Asie depuis plusieurs années et ne veulent pas abandonner leur expertise du marché en quittant la région et en rentrant chez eux. Déménager à Singapour signifierait également qu’ils n’auraient pas à abandonner leur mode de vie actuel (appartements chics, aide-ménagère bon marché et longs week-ends en Thaïlande).

Sauf que trouver un job en finance à Singapour, connu pour favoriser désormais les recrutements locaux, n’est pas forcément tâche aisée. « Ce n'est pas comme si Singapour accueillait automatiquement beaucoup de Hongkongais », explique le spécialiste en technologie bancaire. « Quitter Hong Kong n’est pas si simple. La plupart des expatriés comme moi attendent simplement en espérant que les choses s'améliorent pacifiquement à Hong Kong », conclut-il.

Image credit: Samuel Chan, Unsplash

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou bien un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...