Chez SGCIB, mieux vaut postuler dans la banque de financement que dans les activités de marché…

eFC logo
SocGen

Après BNP Paribas, c’est donc au tour de Société Générale de publier ses résultats du deuxième trimestre 2019. Ce trimestre se caractérise par une performance contrastée dans la BFI qui a vu ses revenus baisser de 6,1% sur un an. Sous l’effet de conditions de marché toujours difficiles, les revenus trimestriels des activités de marché ont accusé un nouveau repli de 9,2%, notamment dans les produits de taux, de changes et de matières premières.

« L’environnement de taux bas en Europe et la faible volatilité observée sur les activités de change ont pénalisé les activités Taux et Change ce trimestre », indique la banque. Les activités Actions et Prime Services sont en recul de 6,6%, dans un contexte de faibles volumes sur les activités de flux. Des mauvaises performances quelque peu atténuées par les bonnes performances des activités Crédit et sur les marchés émergents.  

Financement et Conseil : au top

A contrario, les revenus des activités de conseil et de financement s’inscrivent en hausse de 2,6%. Il faut dire que l’ensemble des métiers de financement d’actifs ont fait preuve d’une activité commerciale dynamique, avec un bon niveau d’origination (notamment dans les financements aéronautiques et immobiliers).

Le pôle ressources naturelles confirme sa bonne dynamique dans le financement de projets énergétiques, dans le secteur de l’industrie minière et des métaux. La franchise Asset Backed Product continue de progresser. Les résultats du métier Global Transaction Banking sont en nette progression ce trimestre (+18,7%), avec une forte dynamique commerciale sur le Cash Management et le Correspondent Banking.

Selon la banque française, cette tendance reflète les priorités stratégiques du Groupe, notamment le recentrage sur les activités Actions et Prime Services ainsi que le développement des activités de Financement & Conseil.

Une restructuration qui a un coût

« Quelques mois seulement après son annonce, le plan d’adaptation de la Banque de Grande Clientèle et Solutions Investisseurs est entré en phase d’exécution », indique Fréderic Oudéa, directeur général du Groupe, sachant que pour couvrir les coûts de restructuration de sa BFI, la banque indique avoir passé dans ses comptes une provision de 227 M€.

Les nouvelles organisations des métiers et de leurs fonctions support sont en place depuis le 1er juillet. Dans les activités de marchés, la filiale de trading pour compte propre (Descartes Trading) est en extinction et l’activité de matières premières de gré à gré (OTC) est en cours de fermeture. Le plan de départ volontaire a également été lancé en France le 1er juillet et les réductions d’effectifs ont été initiées au deuxième trimestre en dehors de la France.

Enfin, concernant l’acquisition de Equity Markets & Commodities (EMC), les activités de marchés de Commerzbank, un premier lot de transfert a été réalisé ce trimestre sur les produits structurés et les ETF. Des coûts d’intégration ont été enregistrés sur le trimestre pour un montant de 21 M€.

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou bien un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...