TÉMOIGNAGE : « J'ai perdu mon job bancaire et maintenant tout mon entourage professionnel m'ignore »

eFC logo
TÉMOIGNAGE : « J'ai perdu mon job bancaire et maintenant tout mon entourage professionnel m'ignore »

Si vous travaillez dans une banque, vous avez probablement beaucoup d'amis. Et la plupart d'entre eux sont probablement soit vos collègues, soit vos clients. Si vous perdez votre emploi, cela peut rendre la vie très solitaire.

Personnellement, j'ai travaillé pendant huit ans pour une banque américaine à Londres. J'ai eu beaucoup d'amis parmi mes collègues. Nous parlions tous les jours, sortions déjeuner, prenions des pause-café et passions énormément de temps en compagnie les uns des autres.

Et puis j'ai été licencié.

J’ai soudainement réalisé qu'ils n'étaient finalement pas mes amis. Les personnes que je pensais proches de moi ne m'ont même pas contacté pour dire qu'elles étaient désolées, pas même par SMS.

Bien sûr, certains l'ont fait, mais je dirais que je connaissais environ 300 personnes dans l'industrie financière et que lorsque j'ai été licencié, j'ai été contacté par une vingtaine d’entre elles seulement, dont La plupart se sont contentées d’envoyer un seul message laconique.

Les gens qui travaillent dans la banque sont-ils intrinsèquement moins compatissants ? Pas vraiment. C’est plutôt lié système. Il y a beaucoup de licenciements dans notre industrie et cela signifie que les gens sont vaccinés contre la peine de voir d'autres se faire licencier. - C'est un peu comme un hôpital où les patients sont référencés par des numéros en raison de leur nombre. C’est la même chose dans la banque :  vous avez une charge de travail élevée et vous ne pouvez pas suivre le rythme de toutes les personnes qui entrent et qui partent. C'est une sorte de fatigue empathique. Lorsque des personnes disparaissent, il est facile d'envoyer un seul texte en disant : « Désolé, mon ami, fais-moi savoir si je peux aider », sachant que vous ne pourrez probablement pas. Et puis vous retournez à votre travail quotidien.

Personnellement, j'ai toujours essayé de le faire un peu différemment et de rester en contact avec mes collègues car je savais que la vie pouvait être difficile à l'extérieur. Cela a rendu mon propre ostracisme plus difficile à gérer : je pensais que les collègues avec qui j'avais passé du temps me manqueraient. Il semble que ce ne soit pas réciproque.

Peut-être que je suis trop sensible pour travailler dans une banque. Mais je trouve triste et décevant que tout le monde se soit volatilisé. Les clients sont pareils. - J'en ai un que je voyais deux fois par an. Nous passions la journée au bureau puis sortions pour le déjeuner et le dîner. Nous nous sommes bien amusés ensemble et je pensais bien le connaître. Mais depuis que j'ai perdu mon job, je n'ai plus eu de ses nouvelles. J'étais son courtier numéro un. Je suppose qu'il vient de trouver quelqu'un d'autre pour me remplacer.

Daniel Cazal est le pseudonyme d’un vendeur actions dans une banque d’investissement américaine.

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close